Julia Lopatkina

Entrevue

Quel a été ton plus grand accomplissement athlétique avant de te joindre au Cirque du Soleil?

J’ai gagné le Championnat du monde en 1999, 2000, 2002 et 2004, le Championnat d’Europe en 2001 et 2003, les Jeux mondiaux en 1997 et 2001, et le Championnat national en 1997, puis de 1999 à 2004.

Parle-nous de ton parcours athlétique avant de te joindre au Cirque :

J’ai fait de la gymnastique acrobatique dès l’âge de sept ans et ma discipline principale était le duo féminin.

En l’espace de sept ans, ma partenaire Anna Mokhova (qui fait maintenant partie de Quidam) et moi avons gagné le Championnat du monde et le Championnat d’Europe à répétition en tant que membre de l’équipe nationale de Russie. Nous avons eu de la chance de côtoyer et de travailler avec les meilleurs entraîneurs et athlètes tout au long de notre carrière. J’ai aussi obtenu un baccalauréat à titre d’entraîneur en sports acrobatiques. On peut dire que l’acrobatie, c’est ma vie!

  • Julia Lopatkina
  • Russie
  • Gymnastique acrobatique
Quand es-tu entrée au service du Cirque du Soleil?

Je suis entrée au service du Cirque du Soleil durant la formation générale à Montréal, en 2005. Peu après, en 2006, on m’a invitée à me joindre à «O» à Las Vegas.

Comment a eu lieu ton premier contact avec le Cirque? Quel était le contexte?

C’est en 1999 que j’ai entendu parler du Cirque pour la première fois. À l’époque, je m’entraînais sérieusement et je n’imaginais pas du tout devenir artiste du Cirque du Soleil un jour. Cependant, six mois après avoir mis un terme à ma carrière d’athlète professionnelle en 2005, j’ai accepté une invitation pour participer à la formation générale, à Montréal.

Raconte-nous ton audition, ta formation ou ton atelier.

Devenir artiste, et non simplement athlète, a été la chose la plus difficile à accomplir. Apprendre à combiner les figures et l’émotion, devoir exprimer plus que juste l’acrobatie et m’ouvrir à quelque chose de nouveau ont représenté un beau défi. Aussi, explorer le jeu d’acteur, la danse et le chant, ainsi qu’apprendre à me maquiller, c’étaient toutes des choses nouvelles et très intéressantes.

Comment s’est passée ton intégration à Montréal et au sein du spectacle?

Au début, j’observais tout ce qui m’entourait pour apprendre. Ensuite, il a fallu apprendre petit à petit de nouvelles figures, des chorégraphies et des signaux. C’est seulement après avoir assimilé tout ça que j’ai pu participer au spectacle. La formation générale à Montréal m’a été très utile.

Comment le fait de faire partie d’un spectacle du Cirque du Soleil te permet-il de t’exprimer dans ta discipline?

Quand on fait partie d’un spectacle du Cirque, on prend l’importante responsabilité qu’on a d’être le meilleur dans ce qu’on fait. J’essaie constamment d’apprendre de nouvelles choses des artistes qui m’entourent.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le fait d’être membre du Cirque du Soleil?

En ce qui me concerne, c’est le sentiment de faire partie d’une grande famille de cirque, ainsi qu’avoir la chance de travailler avec des professionnels de mon domaine, de côtoyer des gens intéressants de diverses nationalités et de faire quelque chose que j’adore.

Comment s’est passée la transition de ton ancienne carrière à ton rôle actuel au Cirque?

Quand on termine sa carrière sportive, on se dit qu’on ne vivra plus jamais d’émotions aussi fortes que lorsqu’on se retrouve sur le podium avec une médaille au cou. Mais c’est faux! Le Cirque m’a donné l’occasion de poursuivre ma carrière, mais dans un nouveau rôle. La transition n’a pas été trop dure, car j’ai continué de pratiquer mon activité préférée.

Pourquoi recommanderais-tu à un artiste de devenir un membre du Cirque?

C’est une chance en or que d’essayer de nouvelles choses, de découvrir une nouvelle gamme d’émotions, d’aptitudes et d’impressions. C’est l’occasion d’amorcer une nouvelle vie palpitante!

Comment se passe la vie à Las Vegas?

Las Vegas est une belle et grande ville. C’est différent des autres villes que j’ai visitées. On y retrouve des gens de partout dans le monde, ce qui donne une énergie particulière à la ville. J’adore vivre et travailler ici!