Raphaël Sanchez

Entrevue

Quel a été ton plus grand accomplissement artistique avant de te joindre au Cirque du Soleil?

Ma relation artistique de 10 ans avec Annie Fratellini (Cirque Fratellini, Paris) à titre de compositeur et directeur musical.

Parle-nous de ton parcours artistique avant de te joindre au Cirque :

Compositeur pour le cinéma, le théâtre et le cirque traditionnel (Annie Fratellini);
Chef d’orchestre pour plusieurs productions, dont Les Misérables, Cats, Chicago, Hello Dolly, 42nd Street et les Ballets de Monte-Carlo;
Chef d’orchestre, arrangeur et orchestrateur pour plusieurs trames sonores de films, albums et projets expérimentaux;
Pianiste détenant une solide formation classique; je joue aussi du jazz, du fusion et de la musique traditionnelle comme le tango argentin.

  • Raphaël Sanchez
  • France
  • Chef d’orchestre
Quand t’es-tu joint au Cirque du Soleil?

En novembre 2004.

Comment a eu lieu ton premier contact avec le Cirque? Quel était le contexte?

J’ai rencontré les dépisteurs du Casting du Cirque à Paris, alors qu’ils faisaient passer des auditions de chant.

Raconte-nous ton audition, ta formation ou ton atelier.

Je n’ai pas vraiment passé d’audition: j’ai donné au Cirque un DVD de mon travail et ils m’ont téléphoné quelques mois plus tard pour un poste dans Varekai. Ils m’ont envoyé le DVD du spectacle et un disque compact avec quatre chansons sur lesquelles je devais enregistrer quelques bouts de clavier.

Comment s’est passée ton intégration à Montréal et au sein du spectacle?

Ça c’est passé très vite. J’ai passé trois jours à Montréal à apprendre à me maquiller, à faire des essayages pour mon costume, à assister à des réunions avec le compositeur et le directeur artistique, à finaliser mon contrat et à suivre les procédures administratives. Ensuite, je me suis envolé pour Dallas, au Texas, où Michel Cyr, l’ancien chef d’orchestre, en était à ses 10 derniers jours avec Varekai. Les artistes, les entraîneurs et l’équipe technique m’ont beaucoup aidé et je veux les remercier pour leur gentillesse.

Comment le fait de faire partie d’un spectacle du Cirque du Soleil te permet-il de t’exprimer dans ta discipline?

Après plus de 850 représentations de Varekai, je me sens toujours comme lorsque j’ai commencé il y a 30 mois. Chaque représentation est une « première » qui demande la même attention, la même sensibilité, la même énergie…

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le fait d’être membre du Cirque du Soleil?

La qualité du dévouement des gens… Des « rêveurs » aux artistes, en passant par le fantastique personnel de soutien : technique, logistique, costumes, concessions, administration, services de tournée, restauration, technologies de l’information, VIP, machinistes, gréage, école, cuisine, sécurité, nettoyage, etc. Je fais partie d’une équipe fantastique!

Si on pouvait capter l’énergie que tout le monde déploie sur Varekai et la transformer en électricité, on pourrait éclairer une ville!

Comment s’est passée la transition de ton ancienne carrière à ton rôle actuel au Cirque?

Pour moi, devoir concentrer mon énergie sur un seul projet, c’était du nouveau et ça me faisait presque peur! Ma carrière précédente était plus variée… Lors d’une journée normale, je pouvais diriger une séance d’enregistrement le matin, répéter avec un groupe de tango traditionnel l’après-midi, être chef d’orchestre à un spectacle le soir et finalement, composer ou écrire des arrangements et des orchestrations pour un nouveau projet la nuit!

Heureusement, vu la complexité du spectacle, l’interaction entre les diverses équipes et le fait qu’il y ait beaucoup d’ajustements à faire tout le temps, mon rôle de chef d’orchestre me tient bien occupé!

Pourquoi recommanderais-tu à un artiste de devenir un membre du Cirque?

C’est une expérience unique que vous n’oublierez jamais.

Comment se passe la vie en tournée?

« Intense » est un qualificatif faible. Voyager en compagnie de ma famille fait une grande différence par rapport à avant. Je n’ai jamais passé autant de temps avec eux!

Je voudrais aussi mentionner que le Cirque fournit l’éducation aux enfants en tournée. Les professeurs sont excellents, meilleurs que ce que l’on pouvait espérer. Au cours des 18 derniers mois, mon fils a appris l’anglais, et en ce moment, il apprend le russe et suit des cours de jonglerie et d’acrobatie.