Luc Tremblay

Luc Tremblay entreprend sa carrière d’interprète en danse contemporaine en joignant les rangs de la compagnie québécoise Danse Partout en 1977. À partir de 1981, et durant une période de quatre ans, il sera danseur soliste pour le Toronto Dance Theatre, prenant part aux nombreuses tournées nationales et internationales de cette compagnie.

De 1986 à 1996, Luc Tremblay occupe les fonctions de directeur artistique et de chorégraphe attitré de la compagnie Danse Partout. Sous sa direction, l’institution réalise de nombreuses activités de création et de tournée, et obtient en 1991 le Prix Ville de Québec décerné à l’occasion de la remise des Prix d’excellence des arts et de la culture. Nommé directeur général de la compagnie en 1994, Luc Tremblay met en place les fondements de La Rotonde, centre chorégraphique contemporain de Québec, qui sera officiellement inauguré en 1996.

Depuis 1980, Luc Tremblay a signé plus d’une quarantaine d’œuvres chorégraphiques pour des compagnies professionnelles de danse, de théâtre et de cirque ainsi que pour des institutions d’enseignement de la danse. Plusieurs de ces œuvres ont été présentées en tournée au Canada et à l’étranger. Ses chorégraphies La Débâcle, Mirages et Le charme persiste mais n’opère plus pour Danse Partout de même que sa mise en scène et direction chorégraphique de ÉCHO pour la compagnie de nouveau cirque les gens d’R ont notamment contribué à établir sa réputation auprès du public et de la critique à l’échelle internationale.

Pédagogue reconnu, Luc Tremblay a également enseigné dans de nombreuses institutions réputées à l’échelle nationale et internationale. De 1999 à ce jour, Luc Tremblay a été tour à tour entraîneur artistique, superviseur de l’entraînement artistique et directeur artistique des spectacles La Nouba, DELIRIUM et KOOZA.

  • Luc Tremblay
  • Montréal
  • Chorégraphe et pédagogue
Quelle approche adoptez-vous avec les danseurs dans les projets auxquels vous collaborez au Cirque?

Étant moi-même issu du milieu de la danse, mon souci est de trouver une façon de mettre toujours plus en valeur les danseurs dans les spectacles du Cirque du Soleil et de les aider à bien s’intégrer dans l’univers du Cirque.

Quel est l’aspect le plus intéressant de travailler avec des danseurs dont les parcours et les nationalités sont si variés?

Selon moi, le mélange des nationalités a toujours contribué à créer un grand bouillon de créativité au Cirque du Soleil. Il en est de même pour la danse. On assiste aussi, à l’échelle internationale, à la multiplication des échanges entre les cultures, entre les artistes, entre les divers styles créatifs. Cela contribue énormément à l’émergence de nouvelles formes artistiques.

Comment décrivez-vous votre philosophie créative?

C’est essentiel pour moi d’observer attentivement les artistes avec qui je travaille de façon à bien cerner leur personnalité et à bien connaître leurs forces et leurs faiblesses. C’est ainsi que je peux ensuite mettre à contribution ce qu’ils ont d’unique à apporter dans le processus créatif.

À votre avis, quel rôle joue la danse au sein du Cirque du Soleil??

La danse joue un rôle de plus en plus important dans nos spectacles. Les danseurs sont plus nombreux au sein des distributions; auparavant, les troupes étaient surtout constituées d’acrobates. Dans un spectacle comme DELIRIUM, par exemple, les danseurs représentent le plus gros contingent d’artistes de la distribution.

Sur le plan créatif, la danse contribue à diversifier et à enrichir notre palette de couleur, à pousser plus loin la complexité des langages de mouvement que nous utilisons dans nos spectacles.

Que trouvez-vous de plus stimulant dans le fait de travailler pour le Cirque du Soleil?

Au Cirque du Soleil, l’excellence fait partie du menu quotidien. Il faut savoir se renouveler, rester créatif, il faut savoir travailler en équipe. De plus, le Cirque du Soleil est en train de devenir un carrefour artistique vraiment important, un lieu d’échange pour les artistes et les acrobates venant de tous les horizons.