Fermer
 
 

Salle de presse

 

Matériel de presse

Le Cirque du Soleil met des pochettes de presse à la disposition des représentants des médias.

Cirque du Soleil

De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui compte près de 4 000 employés, dont 1 300 artistes, provenant de près d’une cinquantaine de pays différents. Le Cirque du Soleil a entraîné dans son rêve au-delà près de 150 millions de spectateurs, dans plus de trois cents villes d’une quarantaine de pays répartis sur six continents.

 
 
 

Biographie

Renée April

Conceptrice des costumes

La griffe de Renée April est associée à certains des films les plus remarqués de l’histoire récente du cinéma aux États-Unis et au Canada.

Née d’une mère couturière de qui elle hérite le goût des beaux tissus, Renée April dessine ses propres costumes dès l’âge de douze ans. Après avoir complété sa formation en théâtre au Collège Lionel-Groulx, à Sainte-Thérèse (Québec), en 1974, elle entame sa carrière en faisant des décors de scène, mais se tourne rapidement vers la conception de costumes.

Le nom de Renée April apparaît au générique d’une trentaine de films, dont Blindness (2008) de Fernando Mereilles avec Mark Ruffalo et Julianne Moore, Night at the Museum (2006) de Shawn Levy avec Ben Stiller et Robin Williams, The Day After Tomorrow (2004) de Ray Emmerich, Confessions of a Dangerous Mind (2002) de George Clooney, qui y tient également la vedette, ainsi que Black Robe (1991) de Bruce Beresford. Elle signe aussi les costumes du film Le Violon rouge (1998) réalisé par François Girard, auteur et metteur en scène de ZED.

Au fil de son impressionnante carrière, Renée April a accumulé les honneurs et les prix – une quinzaine au total – dont trois prix Gemini (Canada), trois prix Genie (Canada), y compris celui des Meilleurs costumes pour Le Violon rouge et un prix Jutra (Québec) pour la Meilleure direction artistique sur ce même film.

Renée April, qui affectionne particulièrement les brocarts et les beaux velours, avoue son penchant pour les créations qui projettent le spectacteur dans une époque lointaine. « Même si ce type de création nécessite des recherches plus poussées, je ne cherche pas à reproduire l’époque dans ses moindres détails; je demeure constamment dans l’interprétation. »

Renée April signe, avec ZED, les costumes de son premier spectacle du Cirque du Soleil. « Dessiner les costumes d’un film et d’un spectacle du Cirque, c’est deux mondes, avoue-t-elle. Au cinéma, on travaille continuellement dans l’urgence : je fais une maquette et le costume se retrouve sur la table de coupe deux jours plus tard. Pour dessiner ZED, en revanche, j’ai fait de 500 à 600 croquis, en tenant compte de la souplesse des acrobates, de leurs mouvements et des harnais qu’ils doivent porter. »

« ZED, c’est la rencontre de deux mondes, poursuit-elle. Le peuple du ciel – où les couleurs iridescentes, les teintes pâles, nacrées et l’argent prédominent – et celui de la terre, très renaissance italienne, où j’utilise des ocres, des verts turquoise intense, l’or et le bleu vénitien. J’ai visé une certaine homogénéité, une certaine pureté de ligne qui s’accordent avec l’univers visuel de François Girard. »