Fermer
 
 

Salle de presse

 

Matériel de presse

Le Cirque du Soleil met des pochettes de presse à la disposition des représentants des médias.

Cirque du Soleil

De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui compte près de 4 000 employés, dont 1 300 artistes, provenant de près d’une cinquantaine de pays différents. Le Cirque du Soleil a entraîné dans son rêve au-delà près de 150 millions de spectateurs, dans plus de trois cents villes d’une quarantaine de pays répartis sur six continents.

 
 
 

Biographie

Éric Champoux

Concepteur des éclairages

Peintre depuis l’âge de 16 ans, Éric Champoux a toujours porté un intérêt profond pour la lumière.

Diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada en 1997, Éric Champoux a signé une soixantaine de concepts d’éclairages au théâtre, tant au Québec qu’en Europe. Des metteurs en scène québécois de renom comme André Brassard, Gill Champagne, Alice Ronfard, René Richard Cyr, Claude Poissant et Yves Desgagnés ont fait appel à ses tableaux de lumière.

Depuis une douzaine d’années, Éric Champoux est un fidèle collaborateur de l’homme de théâtre québécois Wajdi Mouawad, pour qui il a signé, entre autres, les éclairages de Rêves, Les Troyennes, Le Mouton et la Baleine, Les Trois Soeurs, Incendies, Forêts et, plus récemment, Seuls.

Au Théâtre Espace Go, Éric Champoux a conçu les éclairages des pièces Désordre public, mise en scène par Alice Ronfard (2006), La Promesse de l’aube d’après Romain Gary, d’André Melançon (2006), Les hommes aiment-ils le sexe, vraiment, autant qu’ils le disent?, d’un collectif d’auteurs et de metteurs en scène (2004).

Rompu à l’art de mettre le réel — et l’irréel — en lumière, Éric Champoux, véritable artiste visuel, cherche constamment à parfaire sa maîtrise de la peinture par les éclairages. « Ce que je peins, c’est de la lumière sur des corps et des objets, explique-t-il. Je compose une image lumineuse sur scène exactement comme je compose un tableau, couche par couche, découpant par la lumière un personnage sur un canevas de couleur. Les deux résultats reposent sur une même démarche. »