Fermer
 
 

Salle de presse

 

Matériel de presse

Le Cirque du Soleil met des pochettes de presse à la disposition des représentants des médias.

Cirque du Soleil

De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui compte près de 4 000 employés, dont 1 300 artistes, provenant de près d’une cinquantaine de pays différents. Le Cirque du Soleil a entraîné dans son rêve au-delà près de 150 millions de spectateurs, dans plus de trois cents villes d’une quarantaine de pays répartis sur six continents.

 
 
 

Biographie

Deborah Colker

Auteure, metteure en scène et chorégraphe

Dans son Brésil natal, Deborah Colker a grandi dans un milieu éminemment créatif. Née d’un père violoniste et chef d’orchestre, elle a reçu ses premières leçons de piano à l’âge de huit ans. « J’étais plutôt bonne au piano, dit-elle. J’ai même joué dans un orchestre à l’âge de 14 ans, mais j’avais aussi besoin d’exprimer mes émotions physiquement, notamment par les sports. Je débordais d’énergie et d’intensité et la danse contemporaine m’a permise de communiquer mes émotions tant sur le plan intellectuel que physique. »

En 1980, Deborah Colker joint les rangs de la compagnie de danse Coringa de la chorégraphe uruguayenne Graciela Figueroa. Quatre années plus tard, elle commence à signer des chorégraphies et à mettre en scène des séquences de mouvements pour des comédies musicales, des spectacles, des émissions de télévision, des films et des écoles de samba.

Afin de créer son propre langage chorégraphique, Deborah Colker fonde, en 1994, la compagnie de danse Companhia de Dança Deborah Colker où elle réalisera des chorégraphies saluées unanimement par le public et les critiques, dont Vulcão, Velox, Mix, Rota, Casa et 4 Por 4.

Chaque nouveau spectacle de Deborah Colker vient gonfler les rangs — déjà très nombreux— de ses fans. « Mon travail est comme le Brésil, explique-t-elle, un métissage de couleurs, de mouvements et de rythmes, mais aussi une source de joie qui m’offre la possibilité de m’aventurer toujours plus loin sur le chemin de la découverte. C’est un honneur pour moi d’avoir des racines dans ce beau pays, riche de créativité et de musique. »

Le travail de Deborah Colker ne tarde pas à attirer l’attention du milieu de la danse. À l’invitation du Komische Oper de Berlin, elle se rend en Allemagne en 2002 pour mettre sur pied un programme qui mettra à l’affiche Casa (une œuvre signée par sa propre compagnie en 1999) et Ela. En 2006, elle réalise Maracanã pour le compte de la Kampnagel Culture Factory de Hambourg. Elle accumule les honneurs au fil des créations puis, en 2001, devient la première artiste brésilienne à remporter le Lawrence Olivier Award pour «réalisation exceptionnelle en danse», l’un des prix les plus prestigieux du Royaume-Uni.

En mettant son talent au service d’un spectacle du Cirque du Soleil, Deborah Colker a dû revoir sa façon habituelle de travailler. Plutôt encline à élaborer des concepts au fur et à mesure des répétitions, elle a dû mettre au point l’idée du spectacle un an et demi avant même l’arrivée des artistes.