Fermer
 
 

Salle de presse

 

Matériel de presse

Le Cirque du Soleil met des pochettes de presse à la disposition des représentants des médias.

Cirque du Soleil

De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui compte 5 000 employés, dont 1 300 artistes, provenant de près d’une cinquantaine de pays différents. Le Cirque du Soleil a entraîné dans son rêve au-delà de 100 millions de spectateurs, dans plus de trois cents villes d’une quarantaine de pays répartis sur six continents.

 
 
 

Biographie

Jim Corcoran

Parolier

À la fin des années 1960, l'auteur-compositeur-interprète et poète québécois Jim Corcoran a étudié la philosophie et la théologie à Boston et au New Jersey. Il est rentré au Québec en 1970 où il s'est inscrit à l'université Bishop's de Lennoxville. Sa carrière de musicien et d'auteur-compositeur a commencé un peu fortuitement, à un moment où il jouait de la guitare dans les bars pour payer ses études, conquérant au passage un public de fidèles de plus en plus nombreux.

Jim Corcoran est diplômé émérite en philosophie et en français de l'université Bishop's qui lui confère, en 2005, un doctorat honorifique en droit civil pour sa contribution exceptionnelle à la culture contemporaine québécoise.

Bien que l'anglais soit sa langue maternelle, Jim Corcoran a passé la plus grande partie de sa carrière à chanter et à écrire en français. Dans les années 1970, il fonde le duo Jim et Bertrand, avec Bertrand Gosselin, dont l'album La tête en gigue remporte le prix du Meilleur disque folk au Festival de Montreux (Suisse) en 1978. Jim Corcoran entame une carrière solo, en 1981, avec l'album Têtu, raflant du coup le prix Félix du meilleur disque folk de l'année.

Au cours des années 1980 et 1990, Jim Corcoran a enregistré plusieurs albums avec des amis et d'excellents musiciens à Nashville et à Memphis, au Tennessee. En 1984, il participe au Festival de Spa, en Belgique, remportant le prix de la Meilleure chanson avec la pièce « J'ai fait mon chemin seul ».

En 1988, Jim Corcoran assume l'animation de l'émission radiophonique À propos sur le réseau anglais CBC et il en est toujours l'animateur aujourd'hui. En 1990, il foule les planches au théâtre pour la première fois en incarnant le rôle de David, le père du poète tragique Émile Nelligan, dans l'opéra Nelligan de Michel Tremblay et d'André Gagnon. La même année, il se mérite le Félix du Meilleur auteur-compositeur de l'année. Il reçoit par la suite deux Félix dans la catégorie Scripteur de l'année et rafle, une fois de plus, le Félix de l'Album de l'année en 1996 avec Portraits. En 2006, son album Pages blanches récolte le très convoité prix Juno dans la catégorie Album canadien de l'année.

Wintuk marque la troisième collaboration de Jim Corcoran à une production du Cirque du Soleil. Il a créé des musiques pour les spectacles KÀ et Quidam, dont la pièce « Let Me Fall », reprise par de nombreux interprètes de renom et popularisé par Josh Groban.

« Wintuk a été le plus grand défi de tous explique-t-il. On ne m'a pas demandé d'écrire quelques chansons, mais bien toutes les pièces qui seront chantées sur scène. J'ai été immédiatement fasciné et inspiré par le scénario de Wintuk. J'étais ravi de devoir écrire des paroles qui devaient être comprises autant d'un public d'enfants que d'adultes. De nos jours, les enfants ont un vocabulaire beaucoup plus riche, grâce peut-être à Harry Potter. »

Dès le début, Jim Corcoran a comparé sa collaboration avec le compositeur Simon Carpentier à celle de Bernie Taupin et Elton John. « Les paroles de chansons sont ma principale responsabilité dans ce spectacle, dit-il, tandis que Simon compose la musique et assume la direction des chanteurs. Ç'a été une création évolutive et nous avons constamment échangé des idées. »

« Le processus de création est chaotique, parfois même anarchique, explique le parolier. J'ai toujours été animé d'un sens aigu de la discipline et du travail acharné. Les moments d'inspiration sont fugitifs et imprévisibles. Vaut mieux être prêt à les saisir au vol. Parfois, lorsque j'écris, je me dis : 'Mais où est-ce que j'ai pêché cette idée? C'est moi qui ai écrit ça?' »