Fermer
 
 

Salle de presse

 

Matériel de presse

Le Cirque du Soleil met des pochettes de presse à la disposition des représentants des médias.

Cirque du Soleil

De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui compte près de 4 000 employés, dont 1 300 artistes, provenant de près d’une cinquantaine de pays différents. Le Cirque du Soleil a entraîné dans son rêve au-delà près de 150 millions de spectateurs, dans plus de trois cents villes d’une quarantaine de pays répartis sur six continents.

 
 
 

Biographie

Stefan Haves

Concepteur des numéros comiques

Natif de Los Angeles, Stefan Haves entame sa carrière professionnelle dès l’adolescence au moment où il devient membre d’un syndicat d’acteurs. Il travaille en télévision pendant une dizaine d’années avant de faire le saut dans le monde des arts du cirque et des arts clownesques. « Ce qui m’intéressait du théâtre gestuel par opposition au jeu naturaliste, ce sont les balises qu’imposent les arts du cirque, explique-t-il. Soit vous savez jongler, soit vous ne le savez pas; soit vous avez des aptitudes comme fildefériste, soit vous n’en avez pas. Il y a aussi le fait que l’impact émotionnel des arts du cirque est universel et indépendant de la langue. »

Après avoir complété un baccalauréat en théâtre à la California State University, Stefan Haves a étudié à la Dell’Arte International School of Physical Theatre en Californie et travaillé dans les tranchées en tant que jongleur et clown dans les rues de Paris. C’est là qu’il rencontrera David Shiner, le metteur en scène des spectacles KOOZA et Banana Shpeel du Cirque du Soleil.

De 2000 à 2006, Stefan Haves était le metteur en scène et auteur principal du cabaret de renommée internationale Teatro Zinzanni qui mêle cirque et gastronomie, présenté à San Francisco, où il a travaillé auprès d’acrobates, de magiciens et de clowns de grand talent de même qu’avec des vedettes telles que Joan Baez et Lilliane Montevechi, lauréate d’un prix Tony. Sa collaboration professionnelle avec David Shiner s’est poursuivie lorsqu’il a été nommé conseiller à la création du spectacle Fool Moon, primé à Broadway, mettant en vedette David Shiner et Bill Irwin.

Les spectacles hilarants de Stefan Haves sont fondés sur les techniques de la comédie acrobatique et de la commedia dell’arte. Au cinéma, il a produit et réalisé le court-métrage primé Punch Drunk avec Sally Kellerman et Connie Sellecca ainsi que Stalled, mettant en vedette Doug Jones et Persia White.

Stefan Haves a mis en scène de nombreux événements circassiens et des productions théâtrales acclamées par la critique, dont une adaptation de L’Appel sauvage de Jack London dans laquelle il illustre, au moyen d’échasses, de masques et du langage des animaux, la détresse d’un chien dans le Klondike pendant la Ruée vers l’or.

Les prestations de Stefan Haves ont été vues à la télévision et sur la scène, mais il est peut-être mieux connu du public grâce à son numéro de contorsion comique intitulé « Back Man », qui lui a valu un prix dans le cadre de l’émission télévisée America’s Funniest People. « Back Man » a été à la télévision et sur la scène partout dans le monde. Dans la peau de son « Back Man », Stefan a renoué avec David Shiner au Wintergarten de Berlin et, dix années plus tard, en se joignant à l’équipe de KOOZA.

« Mon rôle dans Banana Shpeel est de concevoir, de concert avec David Shiner, des scènes complètes – de l’amorce à la chute – liées au récit ou à des personnages précis, sans ambiguïté aucune, explique Stefan Haves. Pour relever le défi de concevoir un spectacle de vaudeville contemporain, il fallait s’assurer que chaque scène soit autonome et ait le maximum d’impact émotionnel ou comique. Banana Shpeel donne au public le temps de respirer tout en savourant la pleine puissance du jeu des artistes, qui nous transporte, pour un bref instant, bien loin de nos préoccupations quotidiennes. »

Stefan Haves est né à Los Angeles, en 1958. Il est le père d’une fille, Hannah Haves