Fermer
 
 

Salle de presse

 

Matériel de presse

Le Cirque du Soleil met des pochettes de presse à la disposition des représentants des médias.

The Beatles LOVE

LOVE, la toute dernière production du Cirque du Soleil, évoque l'héritage musical des Beatles. S'inspirant du lyrisme des paroles, LOVE explore le contenu des chansons sous forme de scènes peuplées de personnages réels et imaginaires. Une soixantaine d'artistes venant des quatre coins du monde canalisent l'énergie pure de la jeunesse en proposant des numéros d'acrobatie aérienne, de sports extrêmes et de danse contemporaine.

Télécharger

Spectacle résident au The Mirage, Las Vegas, NV

En savoir plus
 

The Beatles LOVE - Concepteurs

  • Guy Laliberté

    Fondateur et Guide créatif

    Guy Laliberté est né à Québec en 1959. Accordéoniste, échassier et cracheur de feu, il fonde, avec le soutien d'un noyau de complices, le premier cirque d’origine québécoise de réputation internationale. Visionnaire audacieux, M. Laliberté sait reconnaître et cultiver le talent des amuseurs publics de la Fête foraine de Baie-Saint-Paul pour créer, en 1984, le Cirque du Soleil.

    Premier artisan du métissage des cultures et des disciplines artistiques et acrobatiques qui caractérise le Cirque du Soleil, Guy Laliberté a été, depuis 1984, le guide de l’équipe de concepteurs lors de la création de tous les spectacles. Il a ainsi contribué à élever les arts du cirque au rang des grandes disciplines artistiques.

    Le Cirque du Soleil est aujourd’hui une entreprise internationale par la composition de son organisation, par ses influences et par l’étendue de ses activités. Guy Laliberté se retrouve à la tête d’une entreprise qui déploie ses projets et ses réalisations sur cinq continents.

    En octobre 2007, Guy Laliberté réalise un deuxième grand rêve : il crée la Fondation ONE DROP visant à contrer la pauvreté en favorisant l’accès durable à l’eau potable. Ce projet, qui s’inscrit au cœur même de la survie des êtres humains et des sociétés partout sur la planète, est né des mêmes valeurs qui l’animent depuis les débuts du Cirque du Soleil : la conviction que ce que l’on donne à la vie nous revient et que chaque geste individuel peut faire toute la différence.

    En septembre 2009, Guy Laliberté est devenu le premier explorateur privé canadien de l’espace. Sa mission avait pour but de sensibiliser l’humanité aux questions liées à l’eau sur la planète. Sous le thème L’eau pour tous, tous pour l’eau, cette première mission sociale et poétique dans l’espace visait à sensibiliser le public au moyen d’une approche artistique : une émission spéciale de 120 minutes diffusée sur le Web regroupant diverses prestations artistiques dans 14 villes sur cinq continents incluant la Station spatiale internationale.

    Principaux prix et distinctions
    En 2012, Guy Laliberté est intronisé au Gaming Hall of Fame de l’American Gaming Association. En 2011, il fait son entrée au temple de la renommée de l’entreprise canadienne. Le célèbre Hollywood Walk of Fame consacre une de ses prestigieuses étoiles à Guy Laliberté en 2010. La même année, l’Ordre de la Pléiade du gouvernement du Québec élève Guy Laliberté au grade d’Officier, l’ayant fait Chevalier six ans plus tôt. En 2008, Guy reçoit un doctorat honoris causa de l’Université Laval, à Québec. L’année précédente, il est triple lauréat du Grand prix de l’entrepreneur d’Ernst & Young en remportant les honneurs des volets régional, national et international de ce prestigieux programme de reconnaissance. En 2004, la Gouverneure générale du Canada remet à Guy Laliberté l’insigne de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction du pays. Son nom figure également au palmarès des cent personnes les plus influentes de Time Magazine cette même année. Guy Laliberté est aussi honoré par le groupe Condé Nast, en 2003, dans le cadre du Never Follow Program, un hommage aux créateurs et aux innovateurs. En 2001, il est nommé Grand Montréalais par l’Académie du même nom.  En 1997, Guy Laliberté reçoit l’Ordre national du Québec, la plus haute distinction décernée par le gouvernement du Québec.

    Autres prix et distinctions

    2009
    Lifetime Achievement Award  décerné par  l’Association canadienne du marketing (Canada)

    2002
    Intronisation au Canada’s Walk of Fame

    1998
    Visionary Award décerné par l’American Craft Museum (maintenant le Museum of Arts & Design à New York)

    1996
    Prix Vision nouvelle reçu au 43e Gala du Commerce (Québec)

    1988
    Personnalité de l’année, Gala Excellence La Presse (Québec)

    1988
    Entrepreneur de l’année décerné par le magazine Les Affaires (Québec)

    Plus d'infoMasquer
  • Sir George Martin

    Directeur musical

    Légendaire réalisateur des Beatles, compositeur mis en nomination aux Oscars et fondateur des studios AIR, Sir George Martin a produit 30 singles ayant atteint le premier rang du palmarès au Royaume-Uni, un record. À ce jour, il a reçu deux prix Ivor Novello et cinq prix Grammy. En 1962, il a fait signer un contrat aux Beatles sur l'étiquette EMI et a réalisé tous leurs disques jusqu'à ce qu'ils se séparent en 1970.

    Plus d'infoMasquer
  • Giles Martin

    Directeur musical

    Giles Martin, réalisateur primé, est le fils de Sir George Martin. Ils ont travaillé en équipe pour réaliser la trame sonore de LOVE; celle-ci a été créée afin d'être familière tout en étant entièrement originale, en plus de capturer l'intimité sous-jacente à l'aspect dramatique et à la grandeur des compositions des Beatles.

    Plus d'infoMasquer
  • Chantal Tremblay

    Directrice de création

    C’est à la fin des années 1980, alors qu’elle poursuit une carrière en danse à New York, que Chantal Tremblay se joint au Cirque du Soleil après avoir vu un de ses spectacles. Elle débute en tant que danseuse dans le cadre d’un projet de spectacle. Elle devient ensuite l’assistante de la chorégraphe Debra Brown et met la main à la création du spectacle Mystère. Chantal collaborera à plusieurs autres projets du Cirque du Soleil et assumera, notamment, la direction artistique des spectacles Alegría, La Nouba et Mystère. Sa solide feuille de route l’amène à relever de nouveaux défis. En 2006, Chantal devient la directrice de création du spectacle The Beatles LOVE, elle récidive en 2009 avec OVO et en 2011 avec Michael Jackson THE IMMORTAL World Tour avant KURIOS – Cabinet des curiosités.

    Plus d'infoMasquer
  • Jean Rabasse

    Concepteur du théâtre et scénographe

    Jean Rabasse s'est taillé une réputation enviable dans le monde du cinéma, du théâtre et de la danse comme scénographe et chef décorateur. Pendant une dizaine d'années, il a signé la scénographie des spectacles de DCA, la compagnie de danse du chorégraphe Philippe Decouflé.

    Finaliste aux Oscars en 2001 pour ses somptueux décors dans le film Vatel de Roland Joffé, Jean Rabasse remporte le César du meilleur chef décorateur pour ce même film et pour sa collaboration aux longs métrages Delicatessen et La Cité des enfants perdus de Caro et Jeunet. Son nom apparaît au générique d'autres films tels qu’Astérix et Obélix contre César, de Claude Zidi, The Dreamers, de Bernardo Bertolucci, Vidocq, de Pitof, The Statement, du réalisateur canadien Norman Jewison, Faubourg 36 (finaliste au César du meilleur décor) de Christophe Barratier ainsi que du documentaire Océans de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud.

    En 2009, il signe les décors de l’opéra L’Amour de loin, dans une mise en scène de Daniele Finzi Pasca, présenté au English National Opera de Londres.

    Artiste polyvalent, Jean Rabasse réinvente le métissage des formes. « Je ne fais pas de distinction entre les disciplines dans lesquelles je travaille. Au cinéma, je ramène toujours des effets théâtraux, qui donnent de l'âme au film. Au théâtre, j'utilise des éléments cinématographiques. »

    Après Corteo et The Beatles LOVE, la scénographie d’IRIS marque la troisième collaboration de Jean Rabasse à un spectacle du Cirque du Soleil.

    « Au lieu d’une représentation classique du cinéma qui renvoie à des films en particulier, nous avons voulu capter l’essence même du cinéma, son émotion originelle, explique Jean Rabasse. Le cadre de scène d’IRIS, qui fait un clin d’œil à l’origine du cinéma  comme Coney Island et l’univers de Jules Verne, est la porte d’entrée dans notre monde imaginaire. »

    Jean Rabasse est né à Tlemcen, en Algérie.

    Plus d'infoMasquer
  • Philippe Guillotel

    Concepteur des costumes

    La griffe de Philippe Guillotel est associée aux œuvres de réalisateurs et de metteurs en scène français parmi les plus réputés. Fidèle collaborateur du chorégraphe Philippe Decouflé depuis 1985, il a signé les costumes de plusieurs de ses créations, dont les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’hiver d’Albertville en 1992, les cérémonies d’ouverture du Festival de Cannes en 1997 et Tricodex, une œuvre multimédia pour le Ballet de l’Opéra de Lyon, en 2003. Entre 2001 et 2005, ses créations figurent dans quatre ballets, dont La Belle pour les Ballets de Monte Carlo. Au cinéma, Philippe Guillotel a réalisé les costumes du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d’Alain Chabat, pour lesquels il a récolté le César des meilleurs costumes en 2002. Il a également créé les costumes des films Doggy Bag et À la mode. En 2007, il signe les costumes de l’opéra Faust de Gounod à Wiesbaden, du chorégraphe Jean-Christophe Maillot. Philippe Guillotel a également imprimé sa marque dans le monde du spectacle et de la musique, créant les costumes de la comédie musicale Starmania en 1995 dont le compositeur et réalisateur canadien Lewis Furey signait la mise en scène. Philippe a conçu aussi les costumes des vidéoclips d’auteurs-compositeurs tels que Julien Clerc et Alain Souchon. En signant les costumes de KURIOS – Cabinet des curiosités, Philippe Guillotel collabore pour la troisième fois à un spectacle du Cirque du Soleil, après The Beatles LOVE et IRIS.

    Plus d'infoMasquer
  • Jonathan Deans

    Concepteur sonore

    Jonathan Deans, l'un des concepteurs de son les plus sollicités dans le monde du théâtre musical. Foulant déjà les planches avec la Royal Shakespeare Company à l’adolescence,  Jonathan Deans éprouve une fascination pour l'électronique et le son. C'est à l'âge de 15 ans qu'il mettra son intérêt pour le son au service du théâtre. Quelques années plus tard, après un périple comme ingénieur du son dans le milieu de la musique, notamment chez Morgan Studios où il frayera avec des artistes de renom tels que Cat Stevens, Paul Simon et Rick Wakeman, il renoue avec le théâtre par l’entremise du Royal Opera House (Covent Garden) et se voit confier le mixage sonore de la comédie musicale A Chorus Line. Un succès n'attendant pas l'autre, il devient opérateur sonore pour des douzaines de productions du West End de Londres. Son succès l’amène à concevoir l’environnement sonore de la comédie musicale Marilyn; s'ensuivront, entre autres, Time, Les Misérables, Mutiny et Jean Seberg. Plus de 10 années plus tard, il déménage en Amérique où il conçoit des systèmes et des environnements sonores pour le compte de parcs thématiques, d’amphithéâtres, d’arénas et de productions sur Broadway dont Ragtime, Fosse, King David, Damn Yankees, Taboo, Brooklyn, Lestat, Pirate Queen et Young Frankenstein, La Cage Aux Folles, Spiderman et Priscilla Queen of the Desert. Avec Michael Jackson ONE, Jonathan Deans conçoit le système sonore du 14e spectacle du Cirque du Soleil depuis Saltimbanco en 1992.

    Plus d'infoMasquer
  • Yves Aucoin

    Concepteur des éclairages

    Les tableaux de lumière du concepteur des éclairages Yves Aucoin ont fait le tour de la planète. Il a frayé avec les grands de la scène musicale rock, collaborant notamment à tous les spectacles de Céline Dion depuis 1989. Roch Voisine, Garou et Julio Iglesias ont fait appel aux talents lumineux d'Yves Aucoin, qui a aussi collaboré avec Elton John et Gloria Estefan en tant que conseiller à l'éclairage.

    Le milieu du théâtre musical connaît Yves Aucoin pour sa contribution à Grease, Romeo and Juliet, Elvis Story et La Cage aux Folles. Il a braqué ses projecteurs sur les spectacles d'Alain Choquette, les galas en français et en anglais du Festival Juste pour rire à Montréal ainsi que le one-man-show d'André-Philippe Gagnon à Las Vegas.

    La feuille de route d'Yves Aucoin comprend aussi des productions télévisuelles telles que le gala annuel des Prix du Gouverneur général du Canada, de 1992 à 1994, ainsi que les galas de l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ,) de 1998 à 2000. Accumulant les accolades, il est nommé « concepteur des éclairages de l'année » par l'ADISQ en 2000 et en 2001, et se voit décerner le Félix pour la conception des éclairages de l'année en 1999 (Grease), en 1995 (Chaud 95 de Roch Voisine) et en 1990 (Kashtin de Kashtin).

    LOVE marque la première collaboration d'Yves Aucoin avec le Cirque du Soleil . La configuration de la scène à 360 degrés a posé de nombreux défis techniques pour le concepteur. « Selon le point de vue, l'éclairage frontal de l'un devient l'éclairage à contre-jour de l'autre. Et tout doit être réalisé selon les normes de qualité élevées que le Cirque a établies pour chacun de ses spectacles. » Mais Yves Aucoin est bien outillé pour livrer la marchandise : « J'exploite les nouvelles technologies, notamment les projecteurs automatisés; j'aime les sources fortes et les éclairages puissants. Avec LOVE, je compte réaliser ma plus belle œuvre. »

    Yves Aucoin est né en 1964, aux Îles-de-la-Madeleine.

    Plus d'infoMasquer
  • Francis Laporte

    Concepteur des images et des projections

    Francis Laporte appartient à cette nouvelle génération de créateurs qui intègrent les technologies numériques de production et de projection vidéo aux formes plus traditionnelles du spectacle vivant. Depuis la fin de ses études universitaires en 1992, il a signé une vingtaine de projets d’intégration de la vidéo aux arts de la scène, principalement au théâtre. Parmi ses collaborations marquantes, on retrouve la conception vidéo de l’adaptation théâtrale de L’Odyssée d’Homère, mise en scène par Dominic Champagne. Il réalise également des performances et des installations, seul ou en collaboration.

    Le travail de concepteur des projections permet à Francis Laporte de mettre à contribution les acquis d’une formation diversifiée. Après des études collégiales en communications et en art dramatique, il poursuit en théâtre à l’Université du Québec, où il se spécialise en mise en scène et en scénographie. Son attrait pour les images le conduit ensuite à étudier en production vidéo et multimédia. « En art dramatique, je posais sur le spectacle un regard de réalisateur, explique t-il. En vidéo, par contre, j’avais une approche plutôt théâtrale. Comme concepteur vidéo pour des spectacles vivants, je travaille enfin à amalgamer ces différents médias ».

    Francis Laporte réalise également des images pour des événements télévisuels tels que l’ouverture des Jeux de la francophonie et La soirée des Jutra. En 2003-2004, il a développé le concept visuel du spectacle de Eros Ramazzotti, mis en scène par Serge Denoncourt. Par la suite, il a signé la scénographie et la conception visuelle de la Symphonie fantastique de Berlioz, présentée au Disney Concert Hall, à Los Angeles. Il a également fait la mise en scène de concerts, dont les spectacles de la chanteuse et violoncelliste Jorane et de l’auteur-compositeur québécois Stefie Shock.

    Pour le Cirque du Soleil, Francis Laporte a créé, en 1999, l’ouverture multimédia du spectacle Dralion. Mais c’est avec Varekai que le Cirque intègre pour la première fois ce nouveau langage artistique à l’ensemble d’un spectacle, expérience qu’il poussera encore plus loin dans LOVE, Wintuk et, maintenant, CRISS ANGEL Believe. « Au Cirque du Soleil, nous avons la très grande chance d’être dans un univers où on n’aborde pas les choses sous l’angle de la contrainte mais plutôt avec une volonté commune de voir jusqu’à quel point on peut repousser les limites », dit-il.

    « Au plan visuel, mon rôle est de donner de la dimension, de la perspective et de la profondeur à l’univers de CRISS ANGEL Believe, explique Francis Laporte. Les projections contribuent à façonner les diverses ambiances à saveur ‘gothiquo-victorienne’ du spectacle. Le mystérieux se mélange au grandiose, l’insolite au sublime. L’idée centrale du concept des projections est de jouer avec nos perceptions, de créer une sorte de dialogue entre le réel et le virtuel ludique. »

    Plus d'infoMasquer
  • Dave St-Pierre

    Chorégraphe

    Les critiques et le milieu de la danse contemporaine au Québec qualifient Dave St-Pierre « d’enfant terrible » de la danse, ce qu’il n’admet pas d’emblée. « Je ne comprends pas pourquoi on parle de moi en ces termes puisque c’est un film de Fred Astaire que j’ai vu à l’âge de cinq ans qui m’a donné le coup de foudre pour la danse ! »

    Depuis lors, le très audacieux danseur et chorégraphe a accumulé une impressionnante feuille de route, notamment avec Brouhaha Danse, de 1990 à 1996. Il dansera ensuite auprès de plusieurs chorégraphes québécois, dont Harold Rhéaume, Daniel Léveillé, Jean-Pierre Perrault, Estelle Clareton, Pierre-Paul Savoie et Alain Francœur, parcourant le Canada, les États-Unis et l’Europe.

    Dave St-Pierre foule les planches dans plusieurs créations telles que Amour, Acide et noix et La Pudeur des icebergs, de Daniel Léveillé, ainsi que la comédie musicale Notre-Dame de Paris. Au cinéma, il participe à deux productions de Cinéquanon Film, dont L’enfant de la musique, dans lequel il incarne Mozart, le rôle principal.

    Il crée plusieurs pièces chorégraphiques, mais c’est avec La pornographie des âmes, en 2004, que Dave St-Pierre fait sa marque. La pièce, présentée 5 fois à Montréal devant plus de 2 000 personnes (un événement sans précédent dans le milieu de la danse contemporaine) remporte le prix du Meilleur spectacle 2004 à Francfort. La pornographie des âmes a également été présentée en Europe à Munich, Berlin, Salzbourg, Wolfsburg et Amsterdam. En 2004-2005, Dave St-Pierre est nommé personnalité de l’année par Radio-Canada, les médias québécois le Mirror, The Gazette, le ICI, La Presse et Le Devoir ainsi que le magazine allemand BALLETANZ.

    On a pu voir le travail chorégraphique de Dave dans plusieurs pièces de théâtre à Montréal, dont Le traitement, mise en scène par Claude Poissant à l’Espace Go en 2005. Brigitte Poupart l’approche pour travailler sur son spectacle Cérémonials et Le Théâtre du Nouveau Monde fait appel à lui pour signer la direction de mouvement dans le classique La Tempête, mis en scène par Victor Pilon et Michel Lemieux.

    LOVE marque sa troisième collaboration avec le Cirque du Soleil . En 2004, il signe la chorégraphie du méga-spectacle Soleil de Minuit, présenté à plus de 200 000 personnes dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal. Au cours de la même année, il remanie certaines sections chorégraphiques du spectacle ZUMANITY.

    Pour la création de LOVE, Dave St-Pierre a travaillé en étroite collaboration avec les interprètes. « Ils sont les catalyseurs d’une danse hétéroclite et singulière, explique-t-il. Chacun apporte son énergie et son style. Je leur donne un pouvoir de création pour que la danse soit à leur image, une image qui reflète leur unicité, leur genre, leur vie. Mon travail est de faire ressortir le meilleur de chacun, de les voir tout en force et en vulnérabilité. »

    Dave St-Pierre est né en 1974, à St-Jérôme, au Québec.

    Plus d'infoMasquer
  • Hansel Cereza

    Chorégraphe

    Le chorégraphe, directeur artistique et comédien catalan Hansel Cereza s’est taillé une place unique dans le monde du théâtre en Espagne, une réputation dont l’écho s’est propagé en Europe et jusqu’en Amérique.

    En 1981, il est cofondateur de La Fura dels Baus, une troupe de théâtre avant-gardiste dont la vision novatrice du spectacle se manifeste à travers des créations de grand format et un langage viscéral, direct. La fusion des techniques et des disciplines (théâtre, danse et opéra) définit le « langage furero ». Depuis ses tout débuts, la compagnie est devenue un groupe culte, suivie par des milliers d’adeptes partout en Europe.

    Avec la Fura, il produit les cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques de Barcelone en 1992 ainsi que des méga-spectacles pour le compte d’entreprises privées. Depuis son départ de la Fura en 2000, Hansel Cereza a signé la scénographie de spectacles et d’événements privés, dont la comédie musicale Jesus Christ Superstar, à Mexico. Aussi prolifique dans le monde de la danse, il a créé une performance de flamenco pour le film Muerte en Granada et mis en scène le spectacle Poème de Vicente Amigo pour la compagnie nationale de ballet d’Espagne.

    Hansel Cereza partage le rôle de chorégraphe de LOVE avec Dave St-Pierre. « Afin de créer des numéros de danse pour des non spécialistes, j’ai d’abord établi une relation étroite avec chacun des artistes, appris à connaître leurs forces mais aussi leurs inquiétudes. Cela m’a permis d’exploiter au maximum l’amplitude de leurs mouvements et de créer des numéros qui mettent en valeur leur force physique. »

    Hansel Cereza est né en 1957, à Barcelone.

    Plus d'infoMasquer
  • Guy St-Amour

    Concepteur de l'équipement et des gréements acrobatiques

    Guy St-Amour contribue au milieu des arts de la scène depuis plus de 30 ans. Il a fait son entrée dans le domaine comme technicien en 1975 et a collaboré à un nombre impressionnant de productions théâtrales, cinématographiques,  télévisuelles et circassiennes. Ses talents ont été mis à contribution dans le cadre du jubilé de la Reine d’Angleterre au Canada, en 2002, et du gala du centenaire du lieutenant-gouverneur, A Celebration of the Arts, à Saskatoon, en 2005.

    Occupant divers postes de direction technique au Cirque du Soleil de 1984 à 1995, Guy St-Amour figure parmi les pionniers qui ont marqué les débuts de l’entreprise. Il a participé à la conception de systèmes d’accrochage de numéros aériens, d‘effets spéciaux ainsi que d’équipements acrobatiques et scénographiques.  Dès 1984, il s’intéresse à la sonorisation et réalise la conception sonore du spectacle Nouvelle Expérience en 1989. Entre 1989 et 1995, il signe la conception, la réalisation et l’installation de chapiteaux pour les tournées nord-américaine et européenne. Au début des années 2000, il conçoit le chapiteau et les gradins du spectacle équestre Cheval Théâtre de Gilles Ste-Croix.

    Parallèlement, Guy St-Amour fonde, en 1987, son entreprise de consultation. Il participe à divers événements et projets d’envergure, notamment pour le compte de l’Expo 98 au Portugal, du Casino de Montréal, de l’Office national du film, du Festival Juste pour rire, de l’Opéra de Montréal (Carmen sous les étoiles) ainsi que du Festival international de jazz de Montréal. Parallèlement, il s’engage à fond dans la formation de la relève technique québécoise à titre d’enseignant et de formateur, notamment à l’École nationale de théâtre, à l’École nationale de cirque et à En piste (le regroupement national des arts du cirque de Montréal).

    En 2006-2007, Guy St-Amour conçoit les équipements motorisés et certains des effets spéciaux du spectacle Joe Dassin à Montréal. Il signe ensuite la scénographie et la production du spectacle de la chanteuse Chantal Chamandy, présenté en Égypte à l’automne 2007, et agit en tant que consultant en matière de sécurité des artistes auprès de Robert Lepage sur la production de L’Anneau du Nibelung de Richard Wagner pour le Metropolitan Opera de New York.

    Viva ELVIS marque, après LOVE et Wintuk, la troisième collaboration de Guy St-Amour à titre de concepteur d’un spectacle du Cirque du Soleil.

    « D’un point de vue technique, la particularité de Viva ELVIS est le grand nombre de changements de décors, qui entraînent des changements d’équipements acrobatiques tous plus gigantesques les uns que les autres, explique Guy St-Amour. Qu’il s’agisse de la guitare surdimensionnée (une structure de pont en aluminium d’une longueur de 14 mètres sur laquelle deux acrobates évoluent) ou le « Jungle Gym », (une structure de cinq barres fixes et de deux jeux de barres parallèles sur trois niveaux dans le numéro de GI Blues), tous sont à l’image d’Elvis : plus grands que nature. »

    Guy St-Amour est né en 1959, à Montréal.

    Plus d'infoMasquer
  • Daniel Cola

    Concepteur de la performance acrobatique

    Acrobate virtuose, Daniel Cola est issu du monde du trampoline, une discipline perçue, à ses débuts, comme un sport plutôt qu'un art du cirque. Membre de l'équipe nationale française de trampoline de 1978 à 1984, il a décroché un titre mondial en 1982. Ses voyages l'ont mené à Sea World, en Floride, où il expérimente pour la première fois des éléments circassiens.

    De retour en France, il apprend que le Cirque du Soleil est à la recherche d'un numéro de trampoline pour son spectacle Mystère. Il est choisi. Son expérience au Cirque lui permettra de découvrir d'autres disciplines des arts du cirque, dont la planche sautoir et les mâts chinois.

    Daniel Cola s'est donc enrôlé au Cirque du Soleil en 1993 comme artiste spécialiste de trampoline dans le spectacle Mystère. Il a toujours su que sa carrière graviterait autour de ses premières amours : l'acrobatie et la performance. « à 16 ans, mon but était de créer des spectacles axés sur le trampoline », explique-t-il.

    Daniel Cola abandonne la performance acrobatique pour se consacrer au jeu d'acteur dans Alegría, expérience qui le mènera en Asie et en Europe pendant deux années. En 1998, il créera son premier numéro de trampoline pour La Nouba à titre d'entraîneur. Il sera coordonnateur artistique sur ce spectacle jusqu'en 2004.

    Le Cirque du Soleil lui propose, en 2005, de créer les numéros acrobatiques du spectacle The Beatles LOVE et, l'année suivante, il deviendra entraîneur pour le spectacle d'avant match présenté au Super Bowl. En 2007, il imagine les performances acrobatiques du spectacle saisonnier Wintuk, présenté à New York.

    « Plus grand que nature : voilà les mots d'ordre qui ont inspiré nos propositions acrobatiques dans Viva ELVIS, raconte Daniel Cola. On pourrait qualifier certains appareils acrobatiques de véritables éléments scénographiques tant leur taille est imposante. »

    Daniel Cola est né en 1962, à Asnières, en France.

    Plus d'infoMasquer
  • Dominic Champagne

    Metteur en scène et auteur du concept original

    Artiste polyvalent et prolifique, auteur de théâtre, metteur en scène et directeur artistique de sa propre compagnie, Dominic Champagne a marqué avec fougue l'univers culturel québécois avec plus d'une centaine de réalisations à la scène, au théâtre, à la télévision et… au cirque.

    En 1992, avec ses complices du Théâtre il va sans dire, il bouscule le public avec le spectacle Cabaret Neiges noires, inspiré par le célèbre discours de Martin Luther King. Sa mise en scène débridée et festive intègre jeu, chanson et musique. Le texte, à la fois cynique, poétique, noir et comique, porte un regard critique sur l'époque.

    En 1998, il dirige la mise en scène de Don Quichotte d'après Cervantes. Le spectacle attire des foules record au Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal. En 2000, il récidive en signant la mise en scène de L'Odyssée d'Homère, qui bat de nouveaux records d'assistance. Au théâtre, les autres créations de Dominic Champagne comprennent La caverne, L'asile, Lolita, La Cité Interdite et La répétition.

    À la télévision, il a collaboré comme scénariste à la série Les grands procès. Il a également participé à la conception et à la mise en scène de plusieurs émissions de variétés dont Le plaisir croît avec l'usage, les Cérémonies d'ouverture des Jeux de la Francophonie, Tous unis contre le SIDA, les Spectacles de la fête nationale et La soirée des Masques.

    L'excellence du travail de Dominic Champagne lui a mérité de nombreux prix et distinctions, dont le Prix de la critique pour le texte La répétition,  deux fois le Gémeau de la meilleure réalisation (en collaboration) pour L'Odyssée et Don Quichotte, le Gémeau du meilleur texte dramatique pour Aurore ainsi que le Masque du public et celui de la meilleure adaptation pour L'Odyssée.

    LOVE marque la troisième collaboration de Dominic Champagne à un spectacle du Cirque du Soleil, après Varekai et ZUMANITY. La tâche de concevoir et de mettre en scène LOVE a été à la fois gratifiante et bourrée de défis pour Dominic Champagne. « Ce fut un honneur et un privilège d'être invité à diriger cette création », dit-il.

    Plus d'infoMasquer
  • Gilles Ste-Croix

    Guide artistique

    Lorsque Gilles Ste-Croix a annoncé à ses parents qu’il voulait se lancer dans le show-business, ils se sont exclamé : « N’importe quoi, mais pas ça! » Gilles Ste-Croix a grandi sur une ferme en Abitibi, mais il était résolu à ne pas y rester. Devenu un hippie et un saltimbanque, il a entrepris un voyage de quatre années sur la côte Ouest canadienne, où il est happé par la contre-culture. Il y vivait dans un réseau de communes, côtoyant d’autres jeunes qui voulaient transformer la société.

    Gilles Ste-Croix a pourtant fait des efforts pour se conformer, s’enrôlant même dans un bureau d’architectes. Mais il savait que le monde des affaires tel qu’il était à l’époque ne lui convenait pas. Gilles Ste-Croix souligne que, durant son adolescence, il avait un ardent désir de réussir, mais aussi de divertir les gens. Son entrée dans le monde du show business s’est effectuée d’une manière tout à fait inusitée.

    À la fin des années 1970, Gilles Ste-Croix vivait dans une commune à Victoriaville, au Québec, et cueillait des pommes dans un verger pour gagner de l’argent. Un jour, il a songé que ce serait beaucoup plus facile s’il fixait l’échelle à ses jambes : il a donc fabriqué sa première paire d’échasses. Un ami voyant l’échassier cueillant le fruit lui a alors parlé d’une troupe d’artistes au Vermont – le Bread and Puppet Theatre – qui présentaient des spectacles sur échasses. Intrigué, Gilles Ste-Croix est allé voir leur spectacle et s’est rendu compte que ses aptitudes de cueilleur de pommes pourraient fort bien être exportées dans le monde du divertissement!

    En 1980, Gilles Ste-Croix, en compagnie d'une bande d'artistes de rue, fonde les Échassiers de Baie-Saint-Paul, à qui l'on doit l'organisation de la Fête foraine de Baie-Saint-Paul. Ce rassemblement coloré d'amuseurs publics allait donner naissance au Cirque du Soleil, en 1984, sous la direction de Guy Laliberté.

    En 1984 et en 1985, Gilles Ste-Croix conçoit et interprète de nombreux numéros d'échasses pour le Cirque du Soleil. En 1988, il en devient le directeur artistique tout en coordonnant la recherche de talents aux quatre coins du monde. De 1990 à 2000, il a été le directeur de la création de toutes les productions du Cirque du Soleil, soit Nouvelle Expérience, Saltimbanco, Alegría, Mystère, Quidam, La Nouba, «O» et Dralion. En 1992, il a signé la mise en scène de Fascination, le premier spectacle du Cirque du Soleil présenté en aréna au Japon. Il met également en scène, en 1997, Pomp Duck and Circumstance, un cabaret-théâtre présenté en Allemagne.

    Porté par son amour des chevaux, Gilles Ste-Croix décide, en 2000, de quitter le Cirque du Soleil afin de concrétiser un de ses grands rêves : créer un spectacle équestre. Il fonde sa propre entreprise. Entre mai 2001 et janvier 2003, son spectacle Cheval Théâtre, réunissant 30 chevaux et autant d'acrobates, a été présenté sous chapiteau dans dix villes en Amérique du Nord.

    En décembre 2002, Gilles Ste-Croix revient au Cirque du Soleil pour assumer le rôle de vice-président de la création – développement de tous les nouveaux spectacles et projets au Cirque du Soleil . En juillet 2006, il devient vice-président principal – contenu créatif.

    Plus d'infoMasquer
  • Nathalie Gagné

    Conceptrice des maquillages

    Nathalie Gagné a été une des premières diplômées de la filiale montréalaise de la célèbre école de maquillage parisienne Christian Chauveau. Avant de collaborer avec le Cirque du Soleil, Nathalie a travaillé dans les domaines du théâtre, du cinéma et de la télévision. À deux reprises, elle a été mise en nomination pour le Gémeau des meilleurs maquillages, toutes catégories, décerné par l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision. Celle qui a créé, depuis 1995, plus de mille concepts de maquillage pour 16 spectacles du Cirque du Soleil (incluant Michael Jackson ONE), a signé les maquillages de la pièce Il Campiello de Carlo Goldini, mise en scène par Serge Denoncourt en 2010, et les maquillages du film 3D Worlds Away produit par James Cameron et réalisé par Andrew Adamson en 2012.

    Plus d'infoMasquer
  • Patricia Ruel

    Conceptrice des accessoires

    Patricia Ruel a contribué au succès d’une myriade de pièces de théâtre, d’émissions de télévision et d’événements spéciaux tant au Québec qu’à l’étranger. Sa feuille de route compte plus de 50 productions à titre de conceptrice d’accessoires, et une douzaine en tant que scénographe. Patricia s’est mérité le prix du Théâtre Denise-Pelletier à deux reprises : en 2003, pour la scénographie de la pièce Révizor, mise en scène par Reynald Robinson; et en 2004, pour la production Edmond Dantès, mise en scène par Robert Bellefeuille. En 2011, elle reçoit un prix Gémeau dans la catégorie « Meilleurs décors : toutes catégories variétés, magazines, affaires publiques, sports » pour le spécial de la revue de l’année Bye Bye 2010, diffusé à la SRC. Elle a travaillé, entre autres, avec les metteurs en scène de théâtre Robert Lepage, Dominic Champagne et Fernand Rainville et a collaboré à plusieurs projets pour le Cirque du Soleil dont les spectacles KÀ, The Beatles LOVE et Viva ELVIS à titre de conceptrice des accessoires; puis Wintuk et Banana Shpeel comme scénographe.

    Plus d'infoMasquer
  • Michael Curry

    Concepteur des marionnettes

    Michael Curry réalise des mandats en développement conceptuel et technique pour certaines des plus importantes entreprises artistiques et de divertissement telles que le Metropolitan Opera, le Royal National Theatre de Londres, Disney Theatrical Productions, le LA Opera et Universal Pictures. Les marionnettes et les costumes innovateurs de Michael Curry lui ont valu de nombreuses distinctions, notamment sur Broadway et dans le cadre de cérémonies de Jeux olympiques. Il a collaboré à plusieurs opéras et productions théâtrales avec la réalisatrice, scénariste et productrice américaine Julie Taymor, travail qui lui a valu le prix Drama Desk en 1998 pour ses marionnettes dans la comédie musicale The Lion King. Michael Curry a aussi collaboré à un opéra de Robert Lepage (avec l’Opéra de Paris), à un opéra de William Friedkin (à La Scala de Milan) ainsi qu’à la production de Spider Man, sur Broadway (mise en scène par Julie Taymor avec la musique de Bono et Edge). Après KÀ, The Beatles LOVE, Wintuk et CRISS ANGEL Believe, Michael Curry participe pour la cinquième fois à un spectacle du Cirque du Soleil avec Michael Jackson THE IMMORTAL World Tour.

    Plus d'infoMasquer