Fermer
 
 

Salle de presse

 

Matériel de presse

Le Cirque du Soleil met des pochettes de presse à la disposition des représentants des médias.

Zumanity

Zumanity, le côté sensuel du Cirque du Soleil, présente une dimension séduisante de la réalité où badineries et interdits électrisent les esprits! Libérez-vous de vos inhibitions et laissez-vous entraîner dans une aventure affriolante pour adultes remplie de sensations fortes, d’acrobaties et de plaisirs libertins. Mariant le burlesque au style cabaret, Zumanity vous propose une soirée que vous n’êtes pas prêt d’oublier! Zumanity est conçu pour les spectateurs de 18 ans et plus. Le spectacle est présenté en exclusivité au New York - New York Hotel & Casino, à Las Vegas.

Télécharger

Spectacle résident au New York-New York Hotel and Casino, Las Vegas, NV

En savoir plus
 

Zumanity - Concepteurs

  • Guy Laliberté

    Fondateur et Guide créatif

    Guy Laliberté est né à Québec en 1959. Accordéoniste, échassier et cracheur de feu, il fonde, avec le soutien d'un noyau de complices, le premier cirque d’origine québécoise de réputation internationale. Visionnaire audacieux, M. Laliberté sait reconnaître et cultiver le talent des amuseurs publics de la Fête foraine de Baie-Saint-Paul pour créer, en 1984, le Cirque du Soleil.

    Premier artisan du métissage des cultures et des disciplines artistiques et acrobatiques qui caractérise le Cirque du Soleil, Guy Laliberté a été, depuis 1984, le guide de l’équipe de concepteurs lors de la création de tous les spectacles. Il a ainsi contribué à élever les arts du cirque au rang des grandes disciplines artistiques.

    Le Cirque du Soleil est aujourd’hui une entreprise internationale par la composition de son organisation, par ses influences et par l’étendue de ses activités. Guy Laliberté se retrouve à la tête d’une entreprise qui déploie ses projets et ses réalisations sur cinq continents.

    En octobre 2007, Guy Laliberté réalise un deuxième grand rêve : il crée la Fondation ONE DROP visant à contrer la pauvreté en favorisant l’accès durable à l’eau potable. Ce projet, qui s’inscrit au cœur même de la survie des êtres humains et des sociétés partout sur la planète, est né des mêmes valeurs qui l’animent depuis les débuts du Cirque du Soleil : la conviction que ce que l’on donne à la vie nous revient et que chaque geste individuel peut faire toute la différence.

    En septembre 2009, Guy Laliberté est devenu le premier explorateur privé canadien de l’espace. Sa mission avait pour but de sensibiliser l’humanité aux questions liées à l’eau sur la planète. Sous le thème L’eau pour tous, tous pour l’eau, cette première mission sociale et poétique dans l’espace visait à sensibiliser le public au moyen d’une approche artistique : une émission spéciale de 120 minutes diffusée sur le Web regroupant diverses prestations artistiques dans 14 villes sur cinq continents incluant la Station spatiale internationale.

    Principaux prix et distinctions
    En 2012, Guy Laliberté est intronisé au Gaming Hall of Fame de l’American Gaming Association. En 2011, il fait son entrée au temple de la renommée de l’entreprise canadienne. Le célèbre Hollywood Walk of Fame consacre une de ses prestigieuses étoiles à Guy Laliberté en 2010. La même année, l’Ordre de la Pléiade du gouvernement du Québec élève Guy Laliberté au grade d’Officier, l’ayant fait Chevalier six ans plus tôt. En 2008, Guy reçoit un doctorat honoris causa de l’Université Laval, à Québec. L’année précédente, il est triple lauréat du Grand prix de l’entrepreneur d’Ernst & Young en remportant les honneurs des volets régional, national et international de ce prestigieux programme de reconnaissance. En 2004, la Gouverneure générale du Canada remet à Guy Laliberté l’insigne de l’Ordre du Canada, la plus haute distinction du pays. Son nom figure également au palmarès des cent personnes les plus influentes de Time Magazine cette même année. Guy Laliberté est aussi honoré par le groupe Condé Nast, en 2003, dans le cadre du Never Follow Program, un hommage aux créateurs et aux innovateurs. En 2001, il est nommé Grand Montréalais par l’Académie du même nom.  En 1997, Guy Laliberté reçoit l’Ordre national du Québec, la plus haute distinction décernée par le gouvernement du Québec.

    Autres prix et distinctions

    2009
    Lifetime Achievement Award  décerné par  l’Association canadienne du marketing (Canada)

    2002
    Intronisation au Canada’s Walk of Fame

    1998
    Visionary Award décerné par l’American Craft Museum (maintenant le Museum of Arts & Design à New York)

    1996
    Prix Vision nouvelle reçu au 43e Gala du Commerce (Québec)

    1988
    Personnalité de l’année, Gala Excellence La Presse (Québec)

    1988
    Entrepreneur de l’année décerné par le magazine Les Affaires (Québec)

    Plus d'infoMasquer
  • Dominic Champagne

    Auteur et metteur en scène

    Artiste polyvalent et prolifique, auteur de théâtre, metteur en scène et directeur artistique de sa propre compagnie, Dominic Champagne a marqué avec fougue l'univers culturel québécois avec plus d'une centaine de réalisations à la scène, au théâtre, à la télévision et… au cirque.

    En 1992, avec ses complices du Théâtre il va sans dire, il bouscule le public avec le spectacle Cabaret Neiges noires, inspiré par le célèbre discours de Martin Luther King. Sa mise en scène débridée et festive intègre jeu, chanson et musique. Le texte, à la fois cynique, poétique, noir et comique, porte un regard critique sur l'époque.

    En 1998, il dirige la mise en scène de Don Quichotte d'après Cervantes. Le spectacle attire des foules record au Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal. En 2000, il récidive en signant la mise en scène de L'Odyssée d'Homère, qui bat de nouveaux records d'assistance. Au théâtre, les autres créations de Dominic Champagne comprennent La caverne, L'asile, Lolita, La Cité Interdite et La répétition.

    À la télévision, il a collaboré comme scénariste à la série Les grands procès. Il a également participé à la conception et à la mise en scène de plusieurs émissions de variétés dont Le plaisir croît avec l'usage, les Cérémonies d'ouverture des Jeux de la Francophonie, Tous unis contre le SIDA, les Spectacles de la fête nationale et La soirée des Masques.

    L'excellence du travail de Dominic Champagne lui a mérité de nombreux prix et distinctions, dont le Prix de la critique pour le texte La répétition,  deux fois le Gémeau de la meilleure réalisation (en collaboration) pour L'Odyssée et Don Quichotte, le Gémeau du meilleur texte dramatique pour Aurore ainsi que le Masque du public et celui de la meilleure adaptation pour L'Odyssée.

    LOVE marque la troisième collaboration de Dominic Champagne à un spectacle du Cirque du Soleil, après Varekai et ZUMANITY. La tâche de concevoir et de mettre en scène LOVE a été à la fois gratifiante et bourrée de défis pour Dominic Champagne. « Ce fut un honneur et un privilège d'être invité à diriger cette création », dit-il.

    Plus d'infoMasquer
  • René Richard Cyr

    Auteur et metteur en scène

    René Richard Cyr est un des créateurs les plus polyvalents et prolifiques de l'univers culturel québécois. Depuis 20 ans, ce diplômé en interprétation de l'École nationale de théâtre du Canada mène, en simultané et avec un égal bonheur, des carrières de comédien, de metteur en scène, d'auteur et de réalisateur dans les domaines du théâtre, de la télévision, du cinéma et de la musique. Il a participé, sur scène comme en coulisses, à plus d'une centaine d'œuvres dans ces différentes disciplines.

    Il collabore avec le Cirque du Soleil pour la première fois en signant le scénario et la mise en scène du spectacle Zumanity en collaboration avec Dominic Champagne. Ce tandem a conçu plusieurs fois le grand rassemblement extérieur de la Fête nationale du Québec. Ensemble, ils ont également créé le concept et assuré la direction artistique d'une émission de télévision diffusée à Télé-Québec, Le plaisir croît avec l'usage, qu'animait René Richard Cyr. Cette émission s'est d'ailleurs vu attribuer, à deux reprises, le titre de meilleure émission de variétés dans le cadre de la remise des prix Gémeaux qui récompensent les artisans de la télévision francophone au Canada. Il s'agit donc d'une complicité naturelle entre deux bons amis et grands créateurs.

    Polyvalent et prolifique, René Richard Cyr est également éclectique. Au théâtre, il a souvent donné la parole à de nouveaux auteurs tout en signant des mises en scène mémorables d'œuvres de répertoire. Il a dirigé de nombreux spectacles d'humour et de variétés ainsi que des galas de théâtre. Il a redonné ses lettres de noblesse au théâtre musical, entre autres.

    « J'ai mis du rock-and-roll dans mes shows de théâtre et j'ai mis du théâtre dans mes shows rock. Un fil conducteur marque cependant mes choix artistiques, celui de favoriser l'émergence de voix nouvelles », dit le metteur en scène. Il est, depuis 1998, le directeur artistique et codirecteur général du Théâtre d'Aujourd'hui, une institution consacrée exclusivement à la dramaturgie québécoise.

    La variété des prix qui lui ont été décernés témoigne de la qualité de ses incursions dans différents univers culturels. En 1985, 1986 et 1991, il a reçu, pour trois spectacles différents, dont un pour la mise en scène d'un spectacle de Céline Dion, le prix de la mise en scène de l'année remis par l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo. Dans les années 1990, il a remporté, à deux reprises, le prix de la meilleure mise en scène du Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal. Deux autres prix, décernés au Québec et en Italie, ont salué l'excellence de son jeu dans la pièce Hosanna de Michel Tremblay. Il a été mis en nomination pour un prix Gémeau remis par la section Québec de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision à la meilleure première réalisation d'un court métrage et en tant qu'animateur de télévision.

    Plus récemment, la pièce L'Homme de la Mancha, de Dale Wasserman, Joe Darion et Mitch Leigh, dont il a signé la mise en scène québécoise, a été honorée de deux prix prestigieux décernés par le public et par ses pairs à l'occasion du Gala 2003 de l'Académie québécoise du théâtre.

    René Richard Cyr est né à Montréal en 1958.

    Plus d'infoMasquer
  • Andrew Watson

    Directeur de création

    Après avoir passé 10 ans au devant de la scène comme acrobate, Andrew Watson oeuvre maintenant, en coulisses, comme directeur de la création du spectacle Zumanity. Il a auparavant joué ce rôle dans la naissance du spectacle Varekai, lancé au printemps 2002. Cette réalisation a été, pour lui, une étape déterminante dans un parcours artistique parsemé de risques.

    En 1984 - année de la fondation du Cirque du Soleil - il s'enrôle comme artiste généraliste au sein du Gerry Cottle Circus de Londres. Il a 24 ans et ne possède pas la formation de gymnaste commune à bien des acrobates. N'empêche : il devient trapéziste. En 1986, sa présentation en duo au Festival Mondial du Cirque de Demain, à Paris, lui attire des offres d'emploi de cirques européens réputés. Il part en tournée avec le cirque allemand Roncalli dont il apprécie le mariage du théâtre et du cirque traditionnel.

    Sa prestation au Festival Mondial du Cirque de Demain avait également été remarquée par Guy Caron, alors directeur artistique du jeune Cirque du Soleil. Attiré par sa créativité et son audace, Andrew Watson se joint, en 1987, à l'équipe de Le Cirque réinventé, le spectacle destiné à la première grande tournée nord-américaine du cirque québécois. Pendant sa carrière d'acrobate au Cirque du Soleil, il se voit décerner de nombreux prix et distinctions, notamment un Clown d'argent au Festival international du cirque de Monte-Carlo, en 1990. Il quitte la piste en 1990 et il occupe ensuite les fonctions de directeur du casting et de la formation des artistes, de coordonnateur artistique et de directeur artistique. De 1994 à 1999, il est particulièrement associé aux spectacles Saltimbanco, Alegría et Quidam.

    En 1999, il décide de retourner vivre et travailler à Londres. Avec la New Millenium Experience Company, il conçoit les numéros aériens et forme les artistes acrobates du New Millenium Dome Central Show, présenté à Londres pour célébrer le passage à l'an 2000. En 2001, il revient à Montréal avec sa famille pour diriger la création de Varekai.

    Plus d'infoMasquer
  • Thierry Mugler

    Concepteur des costumes et créateur

    Thierry Mugler est un artiste français, jouissant d'une grande renommée dans le domaine de la mode et de la haute couture. Danseur professionnel dès l'âge de 14 ans à l'Opéra du Rhin, on peut sans conteste affirmer la prépondérance du dépassement du corps et l'amour du spectacle comme thème récurrent de toute son œuvre : épaules affirmées, corps flatté pour la femme, même rigueur anatomique pour l'homme.

    Mais si le vêtement a fait partie intégrante de la vie de Thierry Mugler, c'est pour mieux le sublimer : pendant près de trente ans, ce metteur en scène-né a créé une centaine de shows spectaculaires auxquels assistèrent parfois jusqu'à 13 000 personnes comme au Zénith, au Budo Kan, ou au Cirque d'Hiver. Le succès international des parfums Thierry Mugler, lancés en 1992, n'a fait que corroborer cet incroyable talent.

    Thierry Mugler est aussi l'auteur de courts métrages, films de pub, photos et clips. La collaboration de Thierry Mugler avec l'équipe du Cirque du Soleil pour Zumanity a provoqué une explosion sensationnelle dans le monde de la mode ainsi que du show business.

    Plus d'infoMasquer
  • Stéphane Roy

    Scénographe

    Stéphane Roy a participé, comme scénographe ou directeur artistique, à une centaine de productions présentées tant à Montréal qu’à l'étranger, notamment L’Odyssée du metteur en scène québécois Dominic Champagne, au Théâtre du Nouveau Monde (2002) et  Les Âmes mortes, de Gilles Maheu, chez Carbone 14, à Montréal (1996). Depuis 1990, il collabore régulièrement avec les compagnies québécoises de danse contemporaine de réputation internationale La La La Human Steps et O Vertigo. Actif principalement en théâtre et en danse, il a également travaillé en cinéma, en télévision, en publicité et dans le secteur des variétés.  Depuis 2011, Stéphane est l’un de trois artistes en résidence mandatés par le regroupement des Muséums nature de Montréal pour créer des liens organiques entre les quatre musées des sciences naturelles de la ville et créer des lieux de solidarité immersifs. Il a également créé la scénographie de l’exposition Les Guerriers chinois, présentée au Musée des beaux-arts de Montréal en 2011. Les réalisations de Stéphane Roy lui ont valu plusieurs prix et distinctions. Il a reçu, en 1989, le Prix de la révélation de l'année, toutes catégories, décerné par l'Association québécoise des critiques de théâtre. En 1992, le même organisme l'honorait du Prix de la meilleure scénographie. Son talent a également été récompensé par le Conseil des arts de la Communauté urbaine de Montréal, l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision et l'Académie québécoise du théâtre. Au Cirque du Soleil, Stéphane a signé la scénographie des spectacles Dralion, Varekai, Zumanity, KOOZA, Zarkana et KURIOS – Cabinet des curiosités.

    Plus d'infoMasquer
  • Simon Carpentier

    Compositeur et arrangeur

    Compositeur réputé pour ses musiques de films et de téléséries, Simon Carpentier scande pour la troisième fois, après Zumanity et Wintuk, le rythme d’un spectacle du Cirque du Soleil. Il commence son apprentissage du piano à l’âge de sept ans et entreprend sa carrière professionnelle à Québec, où son laboratoire d’enregistrement personnel voisinait des studios de pratique de musiciens de tous les horizons.

    Comme compositeur, Simon Carpentier a d’abord fait sa marque dans le milieu de la publicité. Créateur prolifique, il a récolté plus d’une vingtaine de prix québécois et internationaux de 1989 à 1997. En 1989, il recevait notamment le Prix Mobius, une récompense internationale décernée à Chicago pour la musique d’un message publicitaire diffusé en salle de cinéma.

    Son nom apparaît au générique de plus d’une dizaine de films, dont Ladies Room, mettant en vedette John Malkovich. On lui doit la signature musicale de plusieurs émissions et réseaux de télévision. Parmi ceux-ci on compte les antennes du réseau TV5 des trois Amériques. En 2000, il était choisi comme compositeur de la télésérie pour adolescents Big Wolf on Campus. Il a depuis écrit la musique des 72 épisodes de cette production diffusée dans 150 pays.

    En 1999, Simon Carpentier enregistre la musique de l’album Shanipiap de la chanteuse amérindienne Geneviève McKenzie. En 2004, il contribue au succès du spectacle L’homme aux mille visages d’Arturo Brachetti grâce à ses sonorités envoûtantes.

    Sa curiosité artistique et sa polyvalence conduisent de plus Simon Carpentier à réinterpréter la musique de S. Alfonso dei Liguori et à mettre en musique les textes de Claude Péloquin, un des grands poètes québécois. Il a également créé une série d’albums de musique pour bébés qui se sont vendus dans une trentaine de pays.

    Simon Carpentier est né en 1965 à Québec.

    Plus d'infoMasquer
  • Debra Brown

    Choréraphe

    Debra Brown est reconnue mondialement pour ses chorégraphies uniques qui allient les acrobaties à la danse. Elle s’est jointe au Cirque du Soleil en 1987 à titre de chorégraphe pour  Le Cirque réinventé. Elle signera par la suite  les chorégraphies des spectacles Nouvelle Expérience, Saltimbanco, Alegría, Mystère, Quidam, «O», La NoubaCorteo, un numéro de Zumanity, ainsi que les spectacles ZED, Zarkana, Michael Jackson THE IMMORTAL World Tour et Amaluna. Elle a aussi travaillé avec des artistes et des groupes issus d’une large gamme de disciplines en participant notamment au Festival Mondial du Cirque de Demain de 1990 (Paris), à l’opéra de John Corigliano, The Ghosts of Versailles, présenté au Metropolitan Opera de New York, et Ring Cycle de Wagner, produit par le Lyric Opera de Chicago. En 1994, Debra a créé et produit Apogée, un ballet de 50 minutes explorant la surface du trampoline comme piste de danse., qui a été présenté pour la première fois à Toronto, puis à Los Angeles et à San Francisco dans le cadre de « Passport ’96 »,  une soirée-bénéfice pour le SIDA organisé par Elizabeth Taylor et Magic Johnson. En 1995, elle a collaboré avec Luciano Pavarotti à la production du Metropolitan Opera, La Fille du Régiment, à New York. Debra a également chorégraphié la prestation énergique donnée aux American Music Awards en 2001 du groupe Aerosmith et de leur vidéoclip de Jadedainsi que la tournée internationale Drowned de Madonna. Elle a travaillé avec plusieurs célébrités de la scène musicale dont Shakira, Wyclef Jean, Céline Dion et Madonna. Au cinéma, elle chorégraphie certaines séquences des films Catwoman, Van Helsing et Barney’s Great Adventure. . Debra a été récompensée du prix « Innovative Choreography » en raison de sa contribution exceptionnelle en matière de chorégraphie et de danse à la 14e remise des prix Bob Fosse de Los Angeles, en 1997. En 2002, elle a reçu un prix Emmy pour sa chorégraphie d’un numéro créé par le Cirque du Soleil à l’occasion des Oscars.

    Plus d'infoMasquer
  • Marguerite Derricks

    Chorégraphe

    Avec trois prix Emmy à son actif, Marguerite Pomerhn Derricks est l'une des chorégraphes les plus en demande dans le milieu du divertissement. Sa feuille de route inclut des chorégraphies pour de nombreux films, des émissions de télévision, des messages publicitaires, des vidéo-clips et des productions sur scène.

    Marguerite débute son apprentissage de la danse à l'âge de cinq ans, à Buffalo, dans l'état de New York. À 16 ans, elle obtient une bourse du New York City Ballet et joint les rangs des Grands Ballets canadiens de même que du Philadelphia Ballet.

    En 1983, elle déménage à Los Angeles et pour incarner le rôle d'une des danseuses principales de la télésérie Fame. Peu après, elle deviendra l'assistante chorégraphe de Debbie Allen et de Otis Sallid.

    Marguerite Derricks et le milieu de la télévision font bon ménage et cette association n'a cessé de s'intensifier. En 1997, on lui décerne son premier prix Emmy, pour son travail dans 3rd Rock From the Sun et sa chorégraphie exceptionnelle a été présentée lors d'émissions telles que les MTV Movie Awards, les VH1 Vogue Fashion Awards, les 50th Primetime Emmy Awards, les 2003 NAACP Image Awards, Will & Grace et That 70s Show. Elle a aussi signé la chorégraphie des 22 épisodes de la série Cedric the Entertainer Presents.

    Le vidéo-clip a été pour Marguerite un médium de haute visibilité qui a donné des ailes à sa créativité. « J'ai débuté comme chorégraphe dans les années 80 au moment où le vidéo-clip prenait son envol. J'ai travaillé sur une centaine de vidéo-clips ; ça été une très bonne école ». C'est ainsi qu'elle parle de son travail auprès d'artistes tels que Quincy Jones, Céline Dion, Taylor Dane, Little Richard, Tone Loc, Donna Summer, Barry White, Sheila E. et Deborah Harry.

    Au cinéma, Marguerite Pomerhn Derricks a signé la chorégraphie des trois films Austin Powers mettant en vedette Mike Myers, Batman & Robin (avec George Clooney, Chris O'Donnell et Uma Thurman), Showgirls de Paul Verhoeven, 10 Things I Hate About You, Striptease avec Demi Moore, Junior d'Ivan Reitman et Never Been Kissed, dont Drew Barrymore était la vedette.

    On peut admirer ses chorégraphies les plus récentes au grand écran dans les films American Wedding, Charlie's Angels II, 13 Going On 30, Starsky & Hutch, Daddy Day Care avec Eddie Murphy, Looney Tunes Back in Action avec Brendan Fraser et Cat in the Hat avec Mike Myers.

    Marguerite affirme que son travail chorégraphique au cinéma l'a bien préparée au style cabaret dans lequel s'inscrit le spectacle Zumanity du Cirque du Soleil. « Au cinéma, je travaille comme si je créais pour la scène, explique-t-elle. Les réalisateurs sont portés à filmer mes chorégraphies à la Fred Astaire, c'est-à-dire en montrant les danseurs de la tête aux pieds et en un seul plan plutôt qu'en prises de vue multiples ».

    En plus des trois prix Emmy, Marguerite a reçu trois MTV Movie Awards et trois American Choreography Awards.

    Marguerite Pomerhn Derricks est née à Buffalo, dans l'état de New York.

    Plus d'infoMasquer
  • Luc Lafortune

    Concepteur des éclairages

    En signant les éclairages du spectacle KÀ, Luc Lafortune donne vie à sa douzième création avec le Cirque du Soleil. Il est associé au Cirque du Soleil depuis sa fondation, en 1984. Cette année-là, il est embauché comme technicien d'éclairage dans les coulisses. L'année suivante, c'est aux commandes du pupitre d'éclairage qu'il participe à la tournée de huit mois de la jeune troupe. En 1986, il devient le concepteur des éclairages. Depuis, ses tableaux de lumière ont fait le tour du monde.

    Au Cirque du Soleil, sa feuille de route comme concepteur comprend les spectacles Le Cirque réinventé, Fascination, Nouvelle Expérience, Saltimbanco, Mystère, Alegría, Quidam, «O», La Nouba, Dralion, Varekai et Zumanity. Il est également codirecteur de la photographie de l'enregistrement vidéo du spectacle Quidam.

    En 2002, il a travaillé, auprès du metteur en scène Robert Lepage, à la conception des éclairages de la tournée mondiale Growing Up du chanteur britannique Peter Gabriel. Plusieurs autres artistes et groupes de réputation internationale ont fait appel à ses talents. Depuis 1996, il a collaboré, entre autres, avec No Doubt, The Eagles, Gipsy Kings et le cirque suisse Salto Natale.

    Luc Lafortune a étudié en production théâtrale à l'Université Concordia, à Montréal. Il se destinait d'abord à la scénographie. « Un jour, en répétition, j'ai découvert la capacité de la lumière à redéfinir l'espace, à contribuer fortement à établir l'image et l'esprit d'un spectacle », dit-il. Cette expérience a fait naître une passion qui dure toujours.

    L'excellence de son travail lui a mérité de nombreux prix. En 1992, sa conception des éclairages du spectacle Saltimbancolui a valu un prix Drama-Logue, décerné par les critiques de ce magazine californien consacré au théâtre. En 1994, il a été choisi comme concepteur de l'année par le magazine Lighting Dimensions International (LDI). En 1997, le spectacle The Atomic Lounge de Martin Professionnals, dont il a réalisé la direction artistique, a reçu le LDI du meilleur spectacle de lumière. En 1998, il a été honoré d'un Entertainment Design Award pour la direction artistique des éclairages du spectacle «O».

    Luc Lafortune est régulièrement invité à titre de conférencier pour partager son savoir et ses réflexions avec des étudiants et des professionnels de tous les continents.

    Plus d'infoMasquer
  • Jonathan Deans

    Concepteur sonore

    Jonathan Deans, l'un des concepteurs de son les plus sollicités dans le monde du théâtre musical. Foulant déjà les planches avec la Royal Shakespeare Company à l’adolescence,  Jonathan Deans éprouve une fascination pour l'électronique et le son. C'est à l'âge de 15 ans qu'il mettra son intérêt pour le son au service du théâtre. Quelques années plus tard, après un périple comme ingénieur du son dans le milieu de la musique, notamment chez Morgan Studios où il frayera avec des artistes de renom tels que Cat Stevens, Paul Simon et Rick Wakeman, il renoue avec le théâtre par l’entremise du Royal Opera House (Covent Garden) et se voit confier le mixage sonore de la comédie musicale A Chorus Line. Un succès n'attendant pas l'autre, il devient opérateur sonore pour des douzaines de productions du West End de Londres. Son succès l’amène à concevoir l’environnement sonore de la comédie musicale Marilyn; s'ensuivront, entre autres, Time, Les Misérables, Mutiny et Jean Seberg. Plus de 10 années plus tard, il déménage en Amérique où il conçoit des systèmes et des environnements sonores pour le compte de parcs thématiques, d’amphithéâtres, d’arénas et de productions sur Broadway dont Ragtime, Fosse, King David, Damn Yankees, Taboo, Brooklyn, Lestat, Pirate Queen et Young Frankenstein, La Cage Aux Folles, Spiderman et Priscilla Queen of the Desert. Avec Michael Jackson ONE, Jonathan Deans conçoit le système sonore du 14e spectacle du Cirque du Soleil depuis Saltimbanco en 1992.

    Plus d'infoMasquer
  • Cahal McCrystal

    Concepteur des numéros clownesques

    Cahal McCrystal se consacre depuis 1996 à la direction d'acteurs et à la création de spectacles pour plusieurs compagnies théâtrales d'Europe. Il est un des rares metteurs en scène britanniques à créer et diriger quasi exclusivement des comédies réunissant des clowns. La conception des numéros clownesques pour le spectacle Zumanity est sa deuxième collaboration avec le Cirque du Soleil. Il a fait partie, en 2002, de l'équipe de concepteurs du spectacle Varekai.

    Les pièces de Cahal McCrystal, conçues notamment pour d'importantes compagnies théâtrales britanniques comme Spymonkey, Peepolykus et le duo comique The Boosh, sont régulièrement présentées partout dans le monde et provoquent l'hilarité auprès de tous les publics.

    En 2000, sa pièce Stiff, mise en scène par Spymonkey, a reçu le Total Theatre Award du Fringe Festival d'Édimbourg, en Écosse. Elle a également été désignée meilleure pièce au U.S. Comedy Arts Festival, tenu à Aspen, au Colorado. En 1998, The Mighty Boosh, lancée lors du Fringe Festival d'Édimbourg, a gagné le Perrier Award pour la meilleure création (Best New Comedy). La critique associe ses personnages à ceux de Mel Brooks, des Monty Python et des Marx Brothers. Mais Cahal veut, d'abord et avant tout, créer des clowns dont la personnalité diffère de celle des acteurs eux-mêmes.

    « Mon travail consiste à révéler le clown qui existe chez les acteurs. Et ce clown naît de la mise en valeur de leurs propres failles. Cela exige énormément d'humilité et de générosité de la part des comédiens, mais c'est également un processus d'exploration des plus excitants. » Cahal ajoute : « Nous admirons les gens pour leur succès, mais nous les aimons pour leurs faiblesses. Nous aimons les clowns parce qu'ils nous révèlent à la fois leurs côtés humain et stupide! »

    Avant de se consacrer à temps plein à la mise en scène, ce diplômé en interprétation de la Royal Scottish Academy of Music and Drama a, pendant 15 ans, mené une prolifique carrière d'acteur au théâtre, au cinéma, à la télévision et à la radio. À la fin des années 1980, Philippe Byland, auteur, metteur en scène et comédien d'origine suisse, l'invite à se joindre à sa compagnie. Cahal rencontre également, à Londres, son mentor Philippe Gaulier. Le grand homme de théâtre français lui donne alors un rôle dans sa pièce Au bout du tunnel. C'est à ce moment qu'il voit pour la première fois la création Le Cirque réinventé du Cirque du Soleil, un spectacle qui le renverse.

    Plus d'infoMasquer
  • Natacha Merritt

    Conceptrice des Projections

    Depuis la parution de Digital Diaries en 2000, Natacha Merritt a connu une montée fulgurante dans le monde de la photographie. Avec ses projections tant intimes que truculentes, elle contribue pour la première fois à la facture visuelle d'un spectacle du Cirque du Soleil. Dans un environnement qu'elle qualifie spontanément de « paradis créatif », elle apporte à Zumanity son regard unique sur le corps humain et ses manifestations.

    Traquant son rêve d'enfance de devenir avocate, Natacha Merritt entreprend des études de droit à la Sorbonne à Paris mais abandonne après seulement trois mois, s'étant découvert une nouvelle passion : la photographie érotique.

    À l'aide d'une caméra numérique, Natacha Merritt crée une série de portraits et d'autoportraits, documente ses expériences sexuelles, seule, avec ses amants, et publie ses clichés numériques sur Internet. La caméra numérique lui permet d'immortaliser des instants totalement personnels, en dévoilant avec une impudeur ingénue son intimité sexuelle. C'est grâce à son site Web que son travail se fait remarquer, notamment chez les éditions Taschen, qui publient ses Digital Diaries.

    Depuis la parution de cette œuvre-charnière, Natacha Merritt se consacre à la vidéo numérique, apposant sa griffe singulière à un certain nombre de publicités ainsi qu'à trois documentaires pour la Warner Brothers. Elle travaille actuellement au scénario d'un long métrage.

    Natacha Merritt est née à San Francisco en 1977.

    Plus d'infoMasquer
  • Nathalie Gagné

    Conceptrice des maquillages

    Nathalie Gagné a été une des premières diplômées de la filiale montréalaise de la célèbre école de maquillage parisienne Christian Chauveau. Avant de collaborer avec le Cirque du Soleil, Nathalie a travaillé dans les domaines du théâtre, du cinéma et de la télévision. À deux reprises, elle a été mise en nomination pour le Gémeau des meilleurs maquillages, toutes catégories, décerné par l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision. Celle qui a créé, depuis 1995, plus de mille concepts de maquillage pour 16 spectacles du Cirque du Soleil (incluant Michael Jackson ONE), a signé les maquillages de la pièce Il Campiello de Carlo Goldini, mise en scène par Serge Denoncourt en 2010, et les maquillages du film 3D Worlds Away produit par James Cameron et réalisé par Andrew Adamson en 2012.

    Plus d'infoMasquer
  • Jaque Paquin

    Concepteur de l’équipement et des gréements acrobatiques

    Il n’existe pas de programme de formation, à proprement parler, pour un métier comme celui de Jaque Paquin. « Pour apprendre ce métier, il faut l’exercer », plaisante-t-il.

    À 14 ans, Jaque Paquin a commencé son parcours dans le milieu artistique comme éclairagiste. L'année suivante, il ouvrait une discothèque. Ensuite, il est devenu tour à tour technicien de scène dans une salle de spectacle, peintre scénique au cinéma, machiniste pour la télévision et, enfin, menuisier, chef d'équipe et chargé de projets dans un atelier de fabrication de décors pour le théâtre et les variétés. Il a étudié en histoire de l'art (option cinéma) et en électronique. « J'ai occupé pratiquement tous les métiers des gens qui construisent et manipulent les appareils que je conçois. Je m'efforce donc de faciliter le travail des techniciens et des artistes à mon tour », dit-il.

    Jaque Paquin collabore avec le Cirque du Soleil depuis 1990. D'abord embauché comme chef de l'ancien atelier de construction, il a, depuis, conçu l'environnement aérien des spectacles Saltimbanco, «O», Dralion, Zumanity, Varekai et KÀ. Il a également contribué à l'adaptation du spectacle de tournée Nouvelle Expérience lors de sa présentation au Mirage, à Las Vegas. Entre 1991 et 1996, il a été directeur technique durant la tournée nord-américaine de Saltimbanco et a agi comme directeur technique lors des tournées européenne et japonaise de ce spectacle. En 1995 et 1996, il a été directeur de l'ensemble des aménagements du Festival International de jazz de Montréal et des Francofolies de Montréal.

    C'est à l’imagination ainsi qu’aux compétences artistiques et techniques de Jaque Paquin que l'on doit l'invention du bateau fantastique du spectacle «O». Cet appareil acrobatique combine trois techniques jamais réunies auparavant par les arts du cirque, soit les barres parallèles, le cadre coréen et le volant. On lui doit aussi la roue de la mort du spectacle KÀ, qui pèse 4 535 kg et comprend deux ensembles indépendants de « cages » circulaires qui pivotent autour d’un axe commun. Comme responsable de la recherche et du développement des appareils acrobatiques au Cirque du Soleil, il est sans cesse en quête de moyens de rehausser, par ses interventions, la puissance dramatique d’une scène ou d’un numéro.

    Pour CRISS ANGEL Believe™, Jaque Paquin a la double responsabilité de concevoir l’ensemble des équipements servant à la magie ainsi que d'imaginer les dispositifs d'accrochage de tout le matériel scénique (son, éclairage et décors).

    « Avec CRISS ANGEL Believe™, nous avons développé des techniques sans précédent, surtout pour les numéros d’illusion, dit-il. J’aime dire que ce spectacle renferme certaines de mes plus belles inventions dont je ne pourrai jamais parler. »

    Plus d'infoMasquer
  • Normand Blais

    Concepteur des accessoires

    Depuis 15 ans, Normand Blais s'est taillé une place unique dans l'univers théâtral québécois en faisant reconnaître un nouveau rôle au sein des équipes de création, celui de concepteur d'accessoires. Il est également le premier à occuper cette fonction au Cirque du Soleil.

    Pour le spectacle Zumanity, il est responsable de la conception des accessoires de jeu pour les artistes ainsi que des meubles et des objets qui habitent le décor imaginé par le scénographe Stéphane Roy.

    Depuis la fin de ses études en production théâtrale au Cégep de Saint-Hyacinthe, au Québec, en 1987, Normand Blais a participé à la création de plus d'une centaine de pièces de théâtre. D'entrée de jeu, il a érigé en véritable spécialité sa quête d'objets porteurs de sens et son souci du détail qui fait la différence. La Compagnie Jean Duceppe, à Montréal, une troupe vouée à la présentation d'œuvres théâtrales contemporaines, a fait de lui son concepteur d'accessoires en résidence. Il pratique également sa discipline dans la plupart des théâtres montréalais.

    Nombreux sont les metteurs en scène québécois de renom qui ont fait appel à son talent pour donner vie à des œuvres de répertoire ou des pièces de création. L'ingéniosité et la pertinence de ses trouvailles ont notamment contribué au succès de la pièce de théâtre musical L'Homme de la Mancha, mise en scène par René Richard Cyr. Cette pièce a été récipiendaire, en 2002, des prix du public et de la meilleure production en région décernés par l'Académie québécoise du théâtre. En 2002, il a également conçu les accessoires du spectacle du transformiste italien Arturo Brachetti, acclamé internationalement tant par la critique que par le public.

    Plus d'infoMasquer