Alexander Mironov

Entrevue

Quelle a été votre plus grande réalisation sportive avant de vous joindre au Cirque du Soleil?

Ma participation au championnat du monde à Daytona en 2014 a été mon plus grand accomplissement. Le fait de remporter la médaille d’argent à cette compétition m’a rendu très heureux. J’ai déployé des efforts considérables pour obtenir cette victoire.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours sportif avant d’arriver au Cirque?

J’ai commencé ma carrière de tumbling à l’âge de cinq ans. Ma mère a eu l’idée de m’inscrire au gym afin que je puisse développer mes habiletés athlétiques. Je me suis entraîné dans ma ville natale, Rostov-sur-le-Don, jusqu’à l’âge de 18 ans. Ensuite, j’ai déménagé à Astrahan. C’est à cet endroit que je me suis entraîné, avec l’aide d’un nouvel entraîneur, afin de devenir l’un des meilleurs tumbleurs au monde.

  • Alexander Mironov
  • Russie
  • Tumbleur
Depuis quand faites-vous partie du Cirque du Soleil?

 

J’ai fait mes débuts au Cirque en juin 2016.

Quel a été votre premier contact avec le Cirque? Quelles étaient les circonstances?

Après avoir envoyé ma démo vidéo, j’ai reçu un appel de l’équipe du casting. C’était en fin de soirée. Lorsque j’ai décroché le combiné, jamais je n’aurais pu imaginer qui était au bout du fil. J’étais à la fois très heureux et très nerveux.

Comment s’est déroulée votre intégration au spectacle?

Lorsque je suis arrivé, je devais tout d’abord apprendre la chorégraphie et passer l’examen médical. Ensuite, j’ai pu commencer ma formation sur le power track.

En quoi le fait de faire partie d’une production du Cirque du Soleil vous a-t-il permis de vous exprimer dans votre discipline?

Être en mesure de m’exprimer au moyen de la danse et de l’acrobatie est tout nouveau pour moi, et c’est quelque chose que j’aime beaucoup. J’aime pouvoir partager mes émotions avec le public.

Que préférez-vous de votre carrière au Cirque du Soleil?

Je dirais que le Cirque s’occupe très bien de ces artistes. De plus, j’apprécie le fait que nous ayons la possibilité d’ajouter une petite touche personnelle sur scène. Dans une certaine mesure, nous pouvons nous exprimer à travers nos personnages. Un autre aspect positif : l’équipe du spectacle La Nouba est remarquable! Nous nous soutenons mutuellement et nous avons beaucoup de plaisir ensemble.

Comment s’est déroulée la transition entre votre ancienne carrière et votre carrière actuelle au Cirque?

Je dirais que mon processus de transition n’est pas encore complété, car j’essaie d’apprendre de nouvelles choses tous les jours. Jour après jour, je m’efforce de m’améliorer en tant qu’artiste.

Est-ce que travailler au Cirque est différent de ce que vous vous étiez imaginé?

En fait, j’imaginais quelque chose de semblable à ce que je vis actuellement. Cependant, je ne savais pas qu’il y aurait autant de danse dans le spectacle. Heureusement, avec l’aide de notre répétiteur de danse, j’ai rapidement appris la chorégraphie.

Conseilleriez-vous à un artiste de venir travailler au Cirque?

C’est une très bonne solution de rechange au sport. Vous continuez de faire ce que vous aimez, et l’avantage, c’est que vous avez toujours la possibilité de vous perfectionner. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre. De plus, nous gagnons bien notre vie.

Quelles portes le Cirque vous a-t-il ouvertes?

Il y a beaucoup de possibilités au Cirque. Il suffit d’être ouvert d’esprit et de choisir ce qui vous convient. Pour ma part, j’ai découvert un nouvel appareil qui m’intéresse beaucoup : le trampo-mur.

Quel conseil ou suggestion aimeriez-vous donner aux jeunes gymnastes?

Le plus important, c’est de ne pas avoir peur du changement et de travailler fort pour atteindre ses objectifs.

Comment faites-vous pour garder la forme?

En plus de l’entraînement de power track, nous suivons plusieurs entraînements différents, comme des cours d’étirement. Je m’entraîne également en solo.

Comment trouvez-vous la vie à Orlando?

Au début, lorsque je suis arrivé ici, c’était un peu difficile, car je ne connaissais personne et je ne maîtrisais pas bien l’anglais. Cependant, au fil du temps, les choses n’ont fait que s’améliorer. Je me suis fait de nouveaux amis, et je continue de m’exercer à parler anglais, afin que la communication soit plus facile.