Melissa Urbano

Quelle a été votre plus grande réalisation sportive avant de vous joindre au Cirque du Soleil?

J’ai remporté quatre Championnats du monde en karaté en 2009, en 2013 et dans le cadre de différents événements dans les disciplines suivantes : le karaté utilisant les coups de poing et les formes traditionnelles et extrêmes.

Parlez-nous de votre parcours sportif avant d’arriver au Cirque.

J’ai commencé le karaté à six ans et j’ai participé à des compétitions professionnelles de haut niveau à 17 ans. Un an auparavant, j’ai découvert l’acrobatie, ce qui a permis de compléter mes habiletés en arts martiaux. J’ai commencé à enseigner différentes disciplines à des gens de tous âges dans le cadre de séminaires d’arts martiaux. Je gérais trois écoles d’arts martiaux dans ma ville natale, Melbourne. L’apprentissage des cascades et l’entraînement pour des scènes de combats dans les films m’ont permis de me produire dans quelques courts métrages et de m’intéresser à KÀ.

  • Melissa Urbano
  • Australie
  • Wushu
Depuis quand faites-vous partie du Cirque du Soleil?

Depuis septembre 2013.

Quel a été votre premier contact avec le Cirque? Dans quelles circonstances?

Mon mari, Phil Kismartoni et son frère, Peter étaient déjà des artistes dans KÀ. Je n’avais jamais assisté à un spectacle du Cirque avant de voir KÀ, et j’ai été très impressionnée par la représentation. À l’époque, jamais je n’aurais pu imaginer prendre part à une aventure aussi extraordinaire.

Comme se sont déroulés votre audition, votre formation ou votre atelier?

Je rendais visite à mon mari à Las Vegas après avoir participé au ISKA US Open World Championships à Orlando, en Floride, et c’est à ce moment-là que l’équipe du casting a envoyé un courriel à mon mari pour savoir si je souhaitais passer une audition.  Je devais repartir en Australie le jour suivant, mais comme j’ai montré de l’intérêt, les membres de l’équipe ont organisé une audition spécifique sur le chemin vers l’aéroport. Juste après mon arrivée en Australie, j’ai reçu un appel de l’équipe m’annonçant que j’avais été sélectionnée. Peu après, j’étais de retour à Las Vegas et prête à commencer l’emploi de mes rêves.

Comment s’est déroulée votre intégration au spectacle?

J’étais parfois angoissée d’apprendre les numéros acrobatiques et de me produire à 18 mètres dans les airs, car tout cela était complètement nouveau pour moi. Je n’aurais jamais pensé apprendre autant de choses, et c’est pour cette raison que l’intégration s’est aussi bien déroulée.

En quoi le fait de faire partie d’une production du Cirque du Soleil vous a-t-il permis de vous exprimer dans votre discipline?

Dans KÀ, une scène de combat est beaucoup plus que des coups de pied et des coups de poing; une histoire doit y être racontée. Le personnage et ses intentions sont essentiels pour animer la scène et c’est ce qui nous permet de nous exprimer plus profondément.

Que préférez-vous de votre carrière au Cirque du Soleil?

J’ai le sentiment de faire partie d’une famille, et cela m’aide beaucoup, car comme bon nombre d’employés, je suis loin de chez moi. J’adore également me produire sur scène et inspirer le public.

Comment s’est déroulée la transition entre votre ancienne carrière et votre carrière actuelle au Cirque?

Cela a été un changement important. Auparavant, je dirigeais une école d’arts martiaux, j’entraînais des gens et je participais à des compétitions et j’ai dû m’adapter afin de me produire sur scène deux fois par soir, à raison de cinq jours par semaine. Le fait de travailler avec des artistes de haut niveau de partout dans le monde m’a permis d’améliorer mes habiletés. De plus, j’apprends aussi beaucoup sur le monde du spectacle et sur les autres cultures.

Conseilleriez-vous à un artiste de venir travailler au Cirque?

Se produire sur scène avec une équipe solide composée d’artistes qui collaborent afin de divertir un public provenant des quatre coins de la planète est un sentiment unique en soi. Aussi, prendre part à un spectacle en suivi jour après jour est exigeant, mais lorsqu’on entend les applaudissements retentir à la fin de la représentation, c’est très gratifiant.

Comment trouvez-vous la vie à Las Vegas?

J’adore ma vie ici. Je suis heureuse et en santé, j’ai un emploi de rêve et je me produis sur scène en compagnie de mon mari chaque soir. Au-delà des néons et des casinos, il est possible de s’adonner à de nombreuses activités de plein air tout près de la ville.