点击此处转到中国地区网站:Taiyangmaxi.cn
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment afin de rendre votre expérience plus agréable. Veuillez vous référer à notre politique de confidentialité pour plus d'information.

Amaluna

Amaluna nous transporte sur une île mystérieuse gouvernée par des déesses, une contrée lointaine régie par les cycles de la lune.

Pour marquer le passage à l’âge adulte de sa fille, la reine Prospéra tient une cérémonie rituelle en hommage à la féminité, au renouveau et à l’équilibre au cours de laquelle ce précieux héritage sera transmis d’une génération à l’autre.

À la suite d’une tempête provoquée par Prospéra, un groupe de jeunes hommes débarquent sur l’île et le cœur de la jeune fille va bientôt chavirer pour un valeureux prétendant. Mais l’amour du jeune couple sera mis à l’épreuve et ils devront surmonter de redoutables obstacles avant de trouver le chemin de la confiance mutuelle, de la loyauté et de l’harmonie.

En tournée au Chili, Pérou, Équateur et Colombie Plus d'info

Numéros

Cerceaux

Cerceaux

Combinant force et agilité, les lézards bondissent à travers des cerceaux, qui ne cessent de s’élever dans les airs.
Sangles aériennes

Sangles aériennes

Suspendues à des sangles fixées au Carrousel – un dispositif scénique accroché au-dessus de la scène – les artistes font de grandes envolées au-dessus du public. Cette spectaculaire démonstration de vol en quatre dimensions requiert un sens du rythme exemplaire, sans compter les habiletés et la force physique qu’il faut pour se déplacer à grande vitesse dans un rayon de 360 degrés.
La danse du paon

La danse du paon

Roméo s’aventure dans la Forêt enchantée où il aperçoit la Déesse du Paon, dans une éblouissante robe blanche, exécuter une danse ensorcelante qui symbolise la pureté de l’amour.
Les clowns

Les clowns

Papulya, le valet de chambre de Roméo, arrivé avec les autres garçons, ne tardera pas à tomber éperdument amoureux de Maïnha, la nounou de Miranda. Comme le sentiment est réciproque, ils seront tout aussi empressés de fonder une famille…
Cerceau et bol d’eau

Cerceau et bol d’eau

Sur son cerceau, la Déesse de la Lune se révèle à Miranda et lui accorde sa bénédiction tout en chantant un air envoûtant. Sous le regard attentif de Roméo, Miranda folâtre dans le bol d’eau, prend peu à peu conscience de son corps et exprime sa sexualité en livrant un numéro d’équilibre sur cannes avant de plonger à nouveau dans l’eau et de s’y mouvoir comme un poisson. Roméo la rejoint et les deux amoureux s’abandonnent à des jeux innocents puis échangent timidement un premier baiser.
Barres asymétriques

Barres asymétriques

Les Garçons en captivité prêtent main-forte aux féroces Amazones – la force féminine de l’île – pour présenter une variante énergique et revisitée de l’épreuve des barres asymétriques en gymnastique.
Planche sautoir

Planche sautoir

Captifs dans leur enclos, les Garçons se propulsent et virevoltent dans les airs dans une tentative enjouée d’évasion autant de la gravité que de leur prison. Ils exécutent des prouesses en apparence impossibles, en atterrissant en équilibre sur leurs mains, sur les paumes renversées de leurs partenaires, ou encore en bondissant sur une petite plateforme, en position très inclinée, située à mi-chemin entre les deux extrémités de la planche sautoir.
Manipulation

Manipulation

Prospéra invite Roméo et Miranda à observer la Déesse de l’Équilibre, appliquée à créer un véritable monde en suspension – un gigantesque mobile minutieusement construit à l’aide de treize nervures de feuilles de palmier. Une ode à l’équilibre, ses gestes sont lents, posés, presque méditatifs. Toute l’attention de l’artiste est portée sur l’époustouflante structure flottante. À la fin, lorsqu’elle retire la plus petite pièce du mobile, l’ensemble se désintègre d’un coup, marquant le début des épreuves que devra traverser le jeune couple.
La danse des mille bras et des bâtons

La danse des mille bras et des bâtons

Un groupe de danseuses aux atours noirs et argentés exécute une chorégraphie inspirée d’une danse rituelle indonésienne évoquant l’image saisissante d’une femme aux mille bras. La Déesse du Paon, qui dégage maintenant une aura plus sinistre, réapparaît pour prendre Miranda en otage tandis qu’une cage de bâtons – une image inspirée du cirque traditionnel vietnamien – s’érige soudain pour former un portail vers un monde des ténèbres que Roméo doit franchir.
Jonglerie

Jonglerie

Cali capture Roméo et l’enferme dans le bol d’eau. Pour célébrer sa victoire sur son rival, il jongle habilement avec des balles de plus en plus nombreuses tombées du ciel.
Jeux icariens

Jeux icariens

Cette discipline, l’une des plus anciennes de l’art du cirque, met de l’avant la force, la précision, la synchronisation, ainsi que les talents acrobatiques des artistes. Alors qu’un porteur est allongé sur le dos, il fait tournoyer un voltigeur au bout de ses pieds.
Cortège d’ouverture

Cortège d’ouverture

Un bout d’étoffe diaphane rouge, tel un nuage éthéré, danse dans les airs, obéissant à Prospéra au doigt et à l’œil. Les habitants d’Amaluna font alors la fête et se joignent à un somptueux et lumineux cortège où les couleurs chatoyantes, les reflets dorés et les matières nobles sont à l’honneur. Cadeau de Prospéra à sa fille, ce majestueux cortège souligne le passage de Miranda à l’âge adulte.

Personnages

Prospéra

Prospéra

Dans le monde d‘Amaluna, Prospéra fait figure de chaman. Elle est dotée de pouvoirs magiques, mais c’est avant tout une femme d’une profonde humanité. Prospéra veille tout d’abord au bien-être de sa fille; elle sait qu’elle doit permettre à Miranda de connaître l’amour et de trouver son propre chemin, mais rien ne l’empêchera d’utiliser ses pouvoirs pour influencer le cours des choses, car elle sera toujours une force protectrice dans la vie de sa fille.
Miranda

Miranda

Miranda va bientôt devenir femme. Grande romantique, et des rêves plein la tête, elle est espiègle, vive et enjouée. L’univers exaltant d’Amaluna – avec ses riches traditions, sa culture, sa flore et sa faune splendides – lui convient à merveille.
Roméo

Roméo

Le passage de la tempête provoquée par Prospéra a amené sur l’île un groupe de jeunes hommes. Leur chef – le vaillant prince Roméo – et Miranda ne se seraient jamais croisés n’eut été de l’intervention de Prospéra. Roméo recherche tout autant l’amour véritable que Miranda, mais il ne se doute pas des obstacles qui se dresseront sur sa route.
Cali

Cali

Mi-lézard, mi-humain et jaloux jusqu’à la moelle, Cali a toujours été aux côtés de Miranda. Même si elle considère Cali simplement comme son animal de compagnie, lui, est follement amoureux d’elle. Cali fera tout en son pouvoir pour empêcher Roméo de gagner le cœur de sa protégée.
Déesse de la Lune

Déesse de la Lune

La Déesse de la Lune représente une présence féminine forte dans le monde d’Amaluna. Elle utilise son pouvoir tantôt pour prêter main-forte au jeune couple, tantôt pour contrecarrer les deux amoureux dans leur quête périlleuse vers le bonheur.

Costumes

Dans Amaluna, la conceptrice de costumes Mérédith Caron donne vie, par la magie de ses créations, à une cohorte de personnages fabuleux et hétéroclites, comme si différentes époques et diverses cultures s’étaient télescopées en un même lieu. Elle a imaginé que cette île mystérieuse nommée Amaluna se situe quelque part en Méditerranée : l’univers du spectacle est un véritable carrefour entre l’Orient et l’Occident, une contrée lointaine où l’Antiquité et l’époque contemporaine se chevauchent et se confondent harmonieusement.

Les costumes complexes et multidimensionnels de Mérédith Caron évoquent un univers de jour et de nuit résolument contemporain teinté de l’esprit de la période élisabéthaine, avec des clins d’œil complices à l’Orient et à la Scandinavie. « C’est la rencontre d’une humanité, la glorification de la beauté de l’être humain », dit-elle.

Les costumes d’Amaluna sont une symbiose entre théâtre et acrobatie. Pour Mérédith Caron, le personnage et le costume sont indissociables. « L’un appelle l’autre. C’est une communion, une relation symbiotique, explique-t-elle. Mais avant tout, c’est l’artiste que j’habille. »

Pour habiller ces artistes, Mérédith a créé des costumes « progressifs » aux multiples configurations. Certains artistes enfilent leur tenue de parade pour les moments plus théâtraux et leur costume de performance lorsqu’ils exécutent leur numéro. De nombreux costumes sont dotés de jambières et autres parties amovibles : on peut tantôt retirer les manches et ne garder que le pourpoint sur le torse, tantôt enlever le pourpoint et ne conserver que le maillot.

Des femmes qui ont de l’étoffe

Amaluna recrée sur scène toute une mythologie féminine fantastique. Inspirés de l’Asie mineure, les costumes corsetés des guerrières amazones affublées de queues de cheval et portant des bottes de cuir noir et rouge à talons hauts, par exemple, relèvent davantage du fantasme que de la réalité historique. Le monde de Amaluna est aussi peuplé d’une sous couche de personnages troubles, mi humains, mi animaux, librement inspirés de l’univers de La Tempête de Shakespeare ; on y côtoie des lézards, des fées et des paons.

Le denim – Matière contemporaine et emblème de l’adolescence

Tout autant que la ligne, le choix des matières revêt une réelle signification aux yeux de Mérédith Caron. Présent dans les costumes des Garçons qui débarquent sur l’île de Amaluna, le denim est travaillé avec des effets renaissants. Les pourpoints de denim tailladés avec des crevés (des fentes aux manches laissant entrevoir la doublure) se conjuguent avec des effets de flocage de velours très XVIIIe siècle pour donner l’impression d’un jean contemporain.

Miranda, la fille de la reine Prospéra qui s’apprête à passer à l’âge adulte au milieu de cette contrée isolée, porte du lin, de la batiste et du velours dévoré, très Renaissance italienne. Son costume exprime l’avidité de cette femme en devenir et sa soif de découverte.

Des musiciennes qui ont du cran

Les costumes des musiciennes qui incarnent des personnages gravitant dans l’entourage de la reine Prospéra mettent en évidence leur tempérament fort, leur côté rock et leur allure très actuelle. Mérédith s’est inspirée de vedettes de la musique pour créer leurs tenues. L’un des costumes est un clin d’œil au styles vestimentaires de k. d. lang et de Roy Orbison, un autre emprunte aux univers de John Galliano et de Tim Burton, tandis qu’un autre est une version rock des Village People.

C’est dans un univers de nuit que Mérédith a imaginé les musiciennes de Amaluna. « On pourrait fort bien voir des filles dans ce genre de tenue parmi la faune hétéroclite d’un bar avant-gardiste à Berlin, par exemple », confie Mérédith. D’où le lien entre les costumes, la musique résolument rock du spectacle et son univers pour le moins singulier qui rend hommage à la beauté sous toutes ses coutures.

Gros plans sur les costumes

  • La reine Prospéra est vêtue d’un ample manteau d’or composé de quatre rectangles sur lesquels sont imprimés en sublimation la photo du ciel tirée de la page couverture du livre GAÏA de Guy Laliberté : il s’agit d’un majestueux système nuageux capté à une distance de 350 km au-dessus de la surface de la Terre.
  • La queue dont sont munis les costumes de paons – un assemblage de 14 morceaux de tissu plissé à la chaleur – se déploie sur 4,3 m au moyen d’un système de pistons hydrauliques qui compense le poids de la queue. Réalisée à l’échelle par rapport au corps de l’artiste, la queue est fixée à la taille de l’artiste à l’aide d’une ceinture et son mécanisme est dissimulé derrière des plumes brodées. Le squelette et la voilure de la queue sont faits de fibre de verre – la même matière utilisée dans la fabrication de cannes à pêche. Pour recréer l’effet iridescent du plumage du paon, on a appliqué sur la voilure, par sérigraphie, une colle afin d’y transférer un papier métallique.
  • Pour les costumes des Valkyries (numéro de courroies aériennes), Mérédith Caron s’est inspirée du monde aquatique et maritime. Des camaïeux de bleu et de vert évoquant la Scandinavie se mêlent aux teintes du ciel et de la mer pour composer une palette de couleurs apaisantes, tout en raffinement.
  • La robe blanche que porte l’artiste exécutant la danse du paon comporte un bustier et une jupe. Le bustier est taillé dans un tulle de nylon extensible recouvert de dentelle perlée et de pierres Swarovski. Il a fallu 65 mètres de tulle de nylon blanc non extensible pour fabriquer la jupe, qui est recouverte de dentelle argentée et de pierres Swarovski. La robe compte 6 500 pierres Swarovski et 325 pièces de dentelle argentée. La queue, à plissé soleil (une série de plis très fins dans le haut qui s’élargissent légèrement vers le bas), comporte deux panneaux de 2 mètres de voile de polyester blanc sur lequel on a imprimé des motifs de plumes de paon blanches.
  • Le spectacle Amaluna compte plus de 130 costumes qui se déclinent en près de 1 000 articles différents.

Scénographie

Amaluna – Un événement immersif Diane Paulus, metteure en scène de Amaluna, est reconnue pour son habileté à faire exploser l’espace scénique traditionnel du spectacle afin de créer des expériences immersives.

Le concept scénique de Scott Pask évoque une île enchantée, mystérieuse et verdoyante, dont la caractéristique prédominante est une forêt de bambous modelée avec soin, servant tout autant à encadrer l’action qu’à l’entourer au sens littéral. Les « branches de bambou » s’étendent au-dessus du public de manière à créer une expérience immersive pour le spectateur.

Le scénographe a puisé son inspiration dans la nature, notamment la forêt et la flore, pour créer un environnement à la fois immersif et ouvert – un vaste lieu où se déroulent des rituels, des cérémonies initiatiques ainsi que des performances acrobatiques.

Une forêt insulaire

Les arbres émergent du pourtour de la scène et des mâts du chapiteau pour former une canopée ouverte. À l’arrière-scène, la végétation pousse plus près du sol pour former une grotte dont la forme crée l’impression d’un passage.

Ressemblant véritablement à du bambou, les branches et les tiges de la canopée donnent l’impression d’une construction humaine. Scott a voulu faire croire à une forêt construite de toute pièce. Bien que les composantes ne soient pas revêtues d’une patine qui leur donnerait l’allure du bois, par exemple, le spectateur aura l’ impression de se retrouver dans une clairière au milieu d’une forêt.

La décoration qui occupe une bonne partie du plancher de scène – une évocation du plumage du paon – est un important motif emblématique du spectacle qui se retrouve jusque dans certains des costumes iridescents de Mérédith Caron. Les images de paon dans Amaluna sont inspirées de l’oiseau majestueux qui accompagnait Héra, la déesse grecque des femmes, gardienne du mariage et de la fertilité. La légende veut que l’« œil » protecteur sur la queue du paon veille sur toutes les femmes à chaque étape de leur vie.

Ton et lumière

Architecte de formation, Scott perçoit davantage l’espace scénique d’Amaluna comme une installation plutôt qu’un simple décor. Il utilise la lumière pour donner vie à cet espace, transporter le public d’un lieu à l’autre et susciter diverses émotions. Durant le tableau de la tempête, par exemple, les éclairages projettent les ombres du feuillage de la canopée sur les parois du chapiteau, créant ainsi pendant un bref instant un sentiment de danger imminent.

L’imposant bol d’eau, qui sert à la fois d’équipement acrobatique et d’élément scénique, ressemble à une gemme translucide géante incrustée dans une couronne organique – une sorte de vortex coincé dans l’espace-temps. Telle une pierre précieuse, ce « joyau » change d’aspect et se transforme sous le jeu des éclairages.

Le complexe engrenage de la vie

L’environnement scénique d’Amaluna comporte peu de pièces mobiles – un choix délibéré visant à conférer une certaine élégance aux numéros et à porter l’attention du spectateur sur la performance humaine. Le scénographe a eu recours à très peu d’effets spéciaux visuels, tandis que les éléments mécaniques automatisés se font discrets, voire presque imperceptibles, même s’ils ne sont pas dissimulés.

Des sections de la scène tournent de manière à ce que chacun des spectateurs puisse voir les numéros sous tous les angles. Une structure circulaire nommée le carrousel permet également la rotation d’éléments très haut au dessus de la scène. Cet anneau spécialement conçu est muni de points d’ancrage auxquels s’accrochent non seulement des dispositifs d’éclairage, mais aussi des voltigeurs.

Tantôt stationnaire, tantôt en mouvement, le carrousel peut tourner à l’unisson avec la scène ou encore en sens inverse, ce qui permet d’augmenter l’amplitude des mouvements des artistes et des éclairages. Le carrousel permet aussi aux artistes de s’élancer au dessus du public, ce qui accentue le côté immersif du décor.

Gros plans sur les éléments scéniques

La canopée :

  • La canopée est munie de 174 branches et de 534 sections dont 90 sont situées dans les airs et 84 en arrière-scène, pour une longueur totale de 1,7 km.
  • On trouve trois modèles de branches dans les airs et 35 dans la partie au lointain.

Le carrousel et le gril :

  • D’un diamètre de 7,6 m, le carrousel pèse plus de 2 700 kg.
  • D’un poids de 3 999 kg, le gril est équipé de trois treuils acrobatiques, chacun pouvant soulever des charges de 181 kg et se déplacer à plus de 3 mètres à la seconde.
  • Situé au centre du carrousel, le treuil acrobatique peut soulever des charges de 450 kg et se mouvoir à 3 mètres à la seconde.

Le bol d’eau :

  • D’une hauteur de 1,7 m, le bol d’eau a un diamètre de 2,2 m et pèse 2 500 kg lorsque rempli à capacité.Les chandeliers :
  • Au nombre de six, les chandeliers sont fabriqués de tubes d’aluminium cintrés et positionnés de manière à créer un effet de mobile dont l’envergure est de 4,5 m.

Musique

Les compositeurs Bob & Bill ont eu comme mission de créer un son inédit pour Amaluna, de surprendre par l’inattendu, d’explorer un son plus brut.

Les guitares sont très présentes et les sonorités, résolument contemporaines. Basse, batterie, violoncelle, voix, claviers, percussions et guitares électriques livrent une musique directe sans ornementation. « Nous avons voulu libérer la puissance à l’état brut que les artistes et les musiciennes dégagent sur scène », expliquent Bob & Bill. Les musiciennes partagent parfois la scène avec les acrobates ; ce détail de mise en scène se conjugue à merveille avec l’énergie de la trame musicale. Amaluna est le premier spectacle du Cirque du Soleil faisant appel à un groupe musical entièrement féminin. « Nous souhaitions transposer musicalement le cran et l’attitude fonceuse de ces musiciennes », affirment les compositeurs.

Bob & Bill sont reconnus pour leur aptitude à brouiller les repères entre les genres et les styles pour créer une musique métissée et visuelle. « Nous avons créé un son pour le spectacle en suivant la ligne d’émotion des numéros. Chaque numéro acrobatique possède une respiration, un rythme, une montée qui lui est propre et la musique doit en tenir compte. La musique est une extension de l’âme d’un personnage et l’expression sonore de la trame narrative du spectacle », expliquent Bob & Bill.

Faits saillants

Version FR à venir

Concepteurs

Guy Laliberté

Fondateur et Guide créatif

Gilles Ste-Croix

Guide artistique

Fernand Rainville

Directeur de création

Diane Paulus

Metteure en scène

Scott Pask

Scénographe et concepteur des accessoires

Mérédith Caron

Conceptrice des costumes

Bob & Bill

Compositeurs et directeurs musicaux Amaluna, Les chemins invisibles, KURIOS – Cabinet des curiosités, TORUK - Le premier envol, TOTEM

Jacques Boucher

Concepteur sonore KURIOS – Cabinet des curiosités, TORUK - Le premier envol, LUZIA

Matthieu Larivée

Concepteur des éclairages

Karole Armitage

Chorégraphe

Rob Bollinger

Concepteur des performances acrobatiques KURIOS – Cabinet des curiosités

Fred Gérard

Concepteur de l’équipement et des gréements acrobatiques

Patricia Ruel

Directrice de création Amaluna, The Beatles LOVE, Viva ELVIS, LUZIA - Scénographe et co-conceptrice des accessoires Banana Shpeel - Scénographe, conceptrice des accessoires et de l'aspect visuel des marionnettes Wintuk

Eleni Uranis

Conceptrice des maquillages KURIOS – Cabinet des curiosités

Randy Weiner

Dramaturge

Debra Brown

Chorégraphe acrobatique LUZIA - Chorégraphe acrobatique Amaluna, Michael Jackson THE IMMORTAL World Tour

Caitlan Maggs

Chorégraphe Acrobatique